Browsing articles in "poésie"
Apr 25, 2011
admin

Moncton artist and poet brings his latest ‘Hé! suivi de Icônes’ to the Frye Fest (2011)


Age? I always thought that a meaningful life started around 15 years old. If this is correct, I am 15 years younger than the age I am.

Provenance? I was born in Montreal. Both my parents are Acadians. They decided to move back to Moncton in the 70′s. I have studied in Chicago and lived many years in Calgary which I still consider one of my “homes”. I came back in Moncton in 2008.

Why poetry? Why not!

What was your breakthrough moment? As far as I am concerned, breakthroughs are smaller events dispersed along a longer timeline. They might not appear as significative as one would expect or hope but, their influence is accumulative and their power to shape a larger body of work is undeniable. For sure there are little lights flashing in the dark but as a whole I would tend to see them working in collaboration of one another, in a kind of network of opportunities.

What would you be if you weren’t a poet? I am also a videographer, new media artist, a musician and a performer. That is about all I have time for.

What are you working on next? I am working in many fields at the same time. I have another collection of poetry with my publisher, Prise de Parole, and it should be coming out in the Fall 2011. I am also writing a series of novellas on patriotism and neo-patriotism. That is a work in progress. In terms of festivals I will be participating in the Festival de Poésie de Montréal, in May and the Festival acadien de la poésie in August. I am also participating in the 8e Festival international et Marché de Poésie Wallonie-Bruxelles in June.

I am curating a video exhibition at EMMEDIA in Calgary. The call for submission is open to local, national and international artists. We are looking for videos that address and explore the issues and relationships we have with oil, either politically and/or poetically. The program will be screened on July 12, 2011, which is the one-year anniversary of the capping of the BP well in the Gulf of New Mexico.

I just finished the first semester of my PhD in creative writing at the Université de Moncton.

What place on Earth inspires you and why? Vancouver Island – why – hikes, South of France, obvious.

What place in New Brunswick inspires you and why? Anywhere around the Bay of Fundy, magic.

Secret indulgence? Is this about products? Buying something like toys, eating something like chocolate? Why is it secret anyway. The concept lost on me.

Your favourite hero of fiction and why? None currently but as a teenager, I always liked the poetic qualities of Philémon, a comic from a Belgium artist called Fred. The hero travelled to islands that made up the letters ‘Atlantic Ocean’ on maps and globes. It was like Le Petit Prince on steroids.

What is your greatest extravagance? Being in the arts.

What is your greatest fear and why? Not creating.

Greatest joy? Feeling free.

Your favourite poet on Earth and why? I like many. Blaise Cendrars and in particular his poem : Les Pâques à New York, an amazing text written exactly 99 years ago. Bukowski and his Last Night Of The Earth Poems, Henri Thomas…

What are you reading? I just finished reading Trois Contes de Flaubert – incredible text.

What’s on your iPod? I don’t have an ipod, I have something else with Mexican Music, Boucabar.

What talent would you like to have? I never thought of that, maybe pyramid water skiing?

 

What is the greatest public misconception about poetry? Outside of music videos, it is sometimes seen as an irrelevant and outmoded form of expression.

Your most treasured possession? Imagination.

What is your motto? I don’t have one.

How would you like to die? I would rather think of how I would like to live and I am working on that.

Editor’s note: You can catch Daniel Dugas three times at the Frye Fest. Wednesday ‘New Technology and the Changing Face of Reading’ roundtable, 12 p.m., Moncton City Hall. Thursday ‘Night Howl’ at 10:30 p.m., City Grill. Saturday, April 30, ‘Frye Jam’ at 10:30 p.m., $10., City Grill.

 

Jan 15, 2011
admin

What We Take With Us – Ce qu’on emporte avec nous (2011)

• Galerie E DANS L’A Gallery, Moncton, NB, 2011

What We Take With Us

In this two channel video installation, each artist created a program of short videos exploring different aspects of memory and presence.  The programs are projected side by side.

An exploration of internal and external experiences characteristic to travel and displacement, the project grew from a research residency at the Sydney College for the Arts in Sydney, Australia – September / October 2009.  During our stay, we researched urban, as well as more sparsely populated coastal and inland geographies of New South Wales.  Starting from our personal exploration and interviews with others, we looked for indications of what it is like to live in a place; to call it home, and at displacement / shifts evoked by the experience of physically repositioning oneself in the world.

The research began from the perspective of examining the concept of home and what it means to individuals.  Over time, a discussion of memory and presence, of being in the world developed toward the realization that what we take with us might not be as important as what, or whom we sometimes leave behind. As the nature of living leads us forward, we are constantly required to face current events and circumstances; to grow and evolve within the present.  Ideas are shaped through interaction; through awareness of the importance of what we take with us in memory, and how interaction within social climates changes the point of view.  According to progress, of meeting life challenges; friends, family and familiar surroundings sometimes move into memory, and that becomes the only way to experience them again.  In essence, this is also part of the discussion of nomadism and contemporary life.

While developing strategies for conveying messages relating to the human experience, we have worked to open up half dream / half waking realities.

For more information see website

 

Ce qu’on emporte avec nous est une installation vidéo à deux canaux. Chaque artiste a créé un programme de vidéos examinant différents aspects de la présence et de la mémoire.

Ce projet sur le déplacement, la mouvance et le voyage, a pris forme et s’est développé lors d’une résidence de recherche au Sydney College for the Arts en Australie — septembre / octobre 2009. Pendant notre séjour, nous avons effectué une série d’entrevues à Sydney ainsi que sur le territoire de la Nouvelle Galles du Sud.  Nous souhaitions explorer les questions relatives au sentiment d’appartenance à une région, à une collectivité ainsi que sur l’expérience nomade.

Les idées contenues dans ce projet sont nées de l’interaction entre individus, elles se sont développées au travers du filtre de la mémoire et du souvenir ainsi que sous l’effet transformateur du contexte social. Tout en développant des stratégies de transmission relatives à la nature interne et externe de l’expérience humaine, nous avons tenté d’ériger un lien entre ce qui existe et ce qui est senti, entre le rêve et la matérialité.

Notre recherche nous a amenés à réaliser que quelquefois, ce que nous emportons avec nouspourrait ne pas être aussi important que ce qui est laissé derrière.

Pour plus d’information : site web

Oct 18, 2010
admin

Poésie – 0 – 23es Instants Vidéo (2010)

Rouge sera présenté le 20 novembre 2010 à la Maison des Jeunes et de la Culture de Martigues en France, dans le cadre des 23es Instants Vidéo. Le programme intitulé Poésie – 0, débute à 15h30.

Maison des Jeunes et de la Culture
Boulevard Emile Zola
13500 Martigues, France
04 42 07 05 36

 

Abattue sur la ville rouge, une réflexion sur le gaz a tracé un portrait de genre sur le territoire infantile juste sous nos pieds.

Rouge de Daniel Dugas (Canada, 2010) 2’50

Centipede sun de Mihai Grecu (Roumanie, 2010) 10’

Mois de Brigitte Perroto (France/Allemagne, 2007) 5’30

Autoportraits minute 1/4 de José Man Lius (France,2009) 2’

Daidrim de Claude Yvroud (France, 2010) 11’03

L’amnésie infantile de India Solovieva (France, 2009) 15’

MARTIGUES MAISON DES JEUNES ET DE LA CULTURE

Bd Emile Zola 04 42 07 05 36

Programme complet

 

Oct 11, 2010
admin

Salon du livre de la Péninsule Acadienne (2010)

 

Je reviens de Shipaggan où je participais à la 7ième édition du salon du livre de la Péninsule.  Une très belle expérience avec un public nombreux. David Lonergan  animait la Scène média avec une grande générosité et une énergie débordante!  Il lançait sa nouvelle anthologie de la littérature acadienne intitulée Paroles d’Acadie (Éditions Prise de Parole) dans laquelle je figure : p 263-269

 

De plus il dirigeait la soirée littéraire Paroles d’Acadie où il a invité sur scène les auteurs et poètes Christian Brun, Herménégilde Chiasson, Gracia Couturier, Daniel Dugas, Melvin Gallant, Hélène Harbec, Georgette LeBlanc, Claude LeBouthillier, Marguerite Maillet et Serge Patrice Thibodeau.

Sep 23, 2010
admin

La revue Liaison vient de publier une critique de Hé! (2010)

Extrait:

« Tout le charme du recueil tient dans l’élaboration de cette réflexion existentielle sur un ton ludique, décapant, foisonnant de liberté, en se servant d’un cadre discursif contraignant mais libérateur.  En fait, l’énergie du discours est peut-être la meilleure expression de la liberté existentielle évoquée, faisant de ce recueil un joyeux géant qui rit. »

Gille Lacombe

Liaison no 149, Automne 2010 p.57

 

 

Sep 22, 2010
admin

Les Instants Vidéo – numériques et poétique (2010)

Ma vidéo Rouge sera présentée lors des 23es Instants Vidéo.  La manifestation se déroulera cette année du 3 septembre au 20 décembre 2010 (exposition d’installations vidéo, projections internationales d’art vidéo et documentaires de création, performances, rencontres…) en France (Marseille, Martigues, Port-de-Bouc, Aix, Nice, La Ciotat), Syrie, Egypte, République Tchèque, Algérie, Pays-Bas.

Jun 23, 2010
admin

Hé! version numérique (2010)

Mon dernier recueil, Hé! suivi de Icônes est maintenant disponible en version numérique:

http://vitrine.entrepotnumerique.com/p/4751?mid=120

 

Jun 19, 2010
admin

Super belle roche noire (2010)

Lorsque j’ai participé au Salon du livre du Grand Sudbury au mois d’avril dernier, les organisateurs avaient un cadeau pour chaque auteur. Le sac qu’on m’a remis, dans le lobby de l’hôtel, était très lourd, j’ai pensé tout d’abord que ça pourrait être du chocolat mais je me suis vite rendu compte que ce n’était pas le cas. J’ai glissé ma main dans le sac, à l’aveuglette. L’objet mystérieux, enveloppé dans du papier cadeau, était solide, dur. Je l’ai sorti comme un lapin d’un chapeau et je fus surpris de voir qu’on m’avait donné une pierre. Je l’ai bien regardée, examinée, je l’ai tournée en tout sens. Mais cette roche était différente, on aurait dit qu’elle était tombée de la lune. Elle avait l’aspect d’une pierre ponce, mais sa dureté et sa lourdeur n’étaient pas des qualités attribuées aux pierres volcaniques. J’étais devant autre chose. Elle était noire avec des reflets rougeâtres. Perplexe, j’ai regardé à nouveau dans le sac pour voir s’il y avait d’autres indices, d’autres renseignements, et j’ai trouvé cette carte qui expliquait tout :

 

Si vous avez ouvert votre sac avant de lire le contenu de la carte vous vous dites peut-être : Hein? Ils nous donnent une roche comme cadeau? Mais, chers invités, ce n’est pas seulement une roche. Oh! Que non. C’est un morceau de slague. De la slague? Dites-vous. Hé oui! De la slague, disons-nous

Malheureusement, il n’y a pas de définition pour la slague ni dans le Petit Robert, ni dans le Multi Dictionnaire. Nous avons cependant trouvé une définition parfaite dans le dictionnaire improvisé de la roche noire de Sudbury. Alors, la slague c’est : de la super belle roche noire qui reste après qu’on fait fondre le minerai pour obtenir du nickel;. Voilà. Et on en trouve ici à la tonne. Plusieurs milliers de tonnes en fait. Donc, on vous en offre. En cadeau. En passant votre morceau est unique. Vous ne trouverez pas un autre morceau de slague comme le vôtre sur toute la planète.

Nous avons imaginé que votre morceau de slague pourrait servir de presse papier. Pal mal hein? Mais on vous invite à nous proposer d’autres utilités potentielles et uniques pour la slague. On serait ravi, en fait!

Bienvenu au salon du livre du Grand Sudbury, votre aventure littéraire chez nous.

L’équipe du SLGS 2010.

 

Alors voilà, j’ai ramené ma slague chez moi. À l’aéroport, l’agent de sécurité, qui vérifiait mon sac à dos, a trouvé la roche et avec un grand sourire, il a dit :

Ah d’la slague!

J’ai pensé que la pierre pourrait être considérée comme une arme dangereuse, un objet contondant, et qu’il me la confisquerait mais non, il l’a remise dans mon sac et m’a souhaité un bon voyage.

Lorsque je suis arrivé chez moi, j’ai tenté de trouver l’endroit idéal pour ma roche à moi et qui dit haut-fourneau dit Dante! J’ai un petit buste en bronze du poète et je l’ai déposé sur le socle de slague. Sympathique.

 

Je me suis ensuite dirigé côté jardin, où un petit buste romain, fait en Chine et acheté pour un dollar au Dollarama, siège sur un poteau de bois traité dans la cour. J’ai bien aimé le contraste de la pierre noire avec la blancheur du buste mais ce n’était quand même pas l’endroit parfait.

J’ai aussi pensé à l’utiliser comme balle de ping pong mais sans grand succès.

Tout à coup j’ai eu un éclair de génie, la slague qui est très dure pourrait résoudre le problème de pédale d’accélération de ma Toyota Corolla! Je l’ai donc coincée derrière l’accélérateur en pensant avoir trouvé l’utilisation plus que parfaite. Quoique la couleur de la slague se mariait très bien avec la couleur du tapis, j’ai dû me résoudre, au premier rendez-vous, à l’enlever.

Finalement je l’ai mise sur le rebord de la fenêtre de la cuisine. Je la vois chaque matin flanquée de chaque côté de ses amis les cactus.


 

Jun 18, 2010
admin

EH! WOW! OUPS! OUF! Un nouveau recueil pour Daniel Dugas (2010

Publié à 6h00 le jeudi 17 juin 2010
par Nadia Gaudreau, L’Étoile

Ah! Hé! Ho! Quoi! Vlan! Ces mots ne sont que quelques un des titres des poèmes qui composent le nouveau recueil de poésie de l’artiste multidisciplinaire Daniel Dugas «Hé!», publié aux éditions Prise de parole le mois dernier. Ce dernier, se sentant interpellé de toute part dans une société au rythme toujours plus rapide, a voulu exprimer ses émotions par le biais de textes utilisant des interjections de la langue française.

LIRE L’ARTICLE COMPLET

 

May 13, 2010
admin

Sudbury (2010)

Une semaine à Sudbury mouvementée et riche en rencontres. Tout d’abord au Salon du Livre du Grand Sudbury où j’ai lancé mon dernier livre Hé! et parallèlement à la Foire d’art alternatif de Sudbury où j’ai, avec Valerie LeBlanc, travaillé sur Soundbury, un projet de cartographie sonore. Le projet qui s’est déroulé au milieu d’une grande tempête de neige, est maintenant en ligne sur notre blog : http://soundbury.wordpress.com/ Il contient une carte Google avec une trentaine de pistes sonores ainsi que 10 pensées audio.

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel H. Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Everglades, coécrit avec Valerie LeBlanc, vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel H. Dugas is a poet, musician, and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His tenth book of poetry, co-written with Valerie LeBlanc, Everglades has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Everglades
À partir de leur exploration du parc national des Everglades, Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc cartographient dans cet essai poétique les effets de la présence humaine sur le milieu naturel, les traces qu’elle y dépose. Everglades est une ode à la beauté, à la fragilité et à la résilience d’une nature aux prises avec une espèce envahissante, la nôtre.

Everglades
Through their exploration of the Everglades National Park, Daniel H. Dugas and Valerie LeBlanc document, in this poetic collection, the effects of human presence in the natural world and the traces left behind. Everglades is an ode to the beauty, the fragility and the resilience of nature faced with the invasiveness of a particular species, ours.

Date : Mars 2018
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782897441029
Français/English

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=1148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest