Browsing articles tagged with " arts"
Jan 8, 2016
admin

Merit, Finance and Depth of Field (2016)

image1Keywords: arts, artistic merit, arts boards, money, poverty, fairness

The message to the poor and discontented is that they must not impatiently upset or kill the goose that will assuredly, in due course, lay golden eggs also for them. And the message to the rich is that they must be intelligent enough from time to time to help the poor, because this is the way by which they will become richer still.[1] E. F. Schumacher, Small is Beautiful

My hope this year is that something changes. For example, a change in the system that manages arts grants, specifically the criteria for assessing projects. In all the Arts Councils or Arts Boards across the country, and in many parts of the world, there are two rules for evaluating an application. The most important element for this evaluation is the artistic merit of a candidate. This is how jurors decide if someone will get a grant or not. The second rule is that the financial situation of a candidate should not have any influence on the decision. I have always been opposed to this way of assessing applications. I believe that the financial situation of an artist has a direct influence on the artistic merit of that artist. I have stated this for years while participating in both Canada Council for the Arts and New Brunswick Arts Board juries. Every time I have raised the issue, I got the same terse response; that those are the rules, the foundations of the whole thing, period. I believe that laws or rules are not by themselves proofs of fairness and history is full of such examples.

The straw that broke the camel’s back (forcing me to sit down to state this in writing) came a few weeks ago when I read a press release of grants awarded by the one of the provincial Arts Boards in the country. One of the successful candidates is also a full-time professor at a University and the grant will allow this professor to attend an arts residency during a sabbatical. According to the Faculty Bargaining Services, someone making $100,000. a year will make around $88,000. while on sabbatical. I am outraged that someone on a sabbatical, which is a time paid to do one’s work, can apply and get a grant to help do that work. Aren’t the taxpayers on the hook twice for the same thing?

There are people out there who are applying for grants, getting them and they have no financial need for this funding. There are also people who are applying for grants and not getting them and have an urgent need for funding. Books, paintings, sculptures, musical scores and videos are not created because some people are not receiving grants. Some of the available funding is going out to supplement individuals already receiving generous packages. Perhaps there should be a program that would permit people who receive grants recognizing their work excellence, yet don’t need the funding, to put the money back into the system. Perhaps they could then receive commendations for their contribution. If it is accolades that they need, why not create special recognition prizes?

Every time that I am told that the financial situation of an artist has no bearing on an application, I am puzzled. How could money not be a consideration when money is at the core of the whole thing? This is why artists are asking for grants: to get money, to do things. If money doesn’t matter, the federal government would not make equalization payments to less wealthy Canadian provinces to equalize the provinces’ “fiscal capacity”. If money is not important, George Murray, St-John’s poet laureate would not have resigned after budget cuts to the arts and culture sector in Newfoundland [2]. If money is not an issue, why are arts boards paying Hill Strategies to research key statistics about artists and their personal situations as well as their financial impact on the economy? [3] We are all outraged when we hear of CEOs salaries and how many lifetimes it would take for a regular Joe to make that kind of dough. And what the hell happened to the We are the 99% movement?

Every time that I am told that the financial situation of an artist has no bearing on the artistic merit, a shiver runs down my spine. If wealth is not an indicator of well-being, then what is? It is difficult to deny the link between poverty and poor health; it is also difficult to say that the economic well-being of an individual does not affect that person’s life. Who is going to have the better depth of field, the artist with the Canon EOS 1D Mark III priced at $12,000. or the artist with the Kodak FZ41 Digital Point & Shoot Camera at $88.? I agree, the better camera might not yield the better artwork but it allows the artist to have a bigger range of possibilities.

A few countries in the world have established what is called a Day-Fine, a “structured fine payment plan calculated according to a convicted individual’s financial status and the severity of the crime”.[4] The idea is that “if both high-income and low-income population are punished with the same jail time, they should also be punished with a proportionally similar income loss.” [5] If this works for fines, can’t it work for grants?

I am an artist and a writer and I am writing this to say that our model is broken and that it could be fixed but only if we really wanted to do it. I am aware, that this post will not change the world, but I need to say it, I need to feel that I am trying to let some light in.

Daniel H. Dugas, January 6, 2016

 

 

During the last few years, Daniel H. Dugas has written a few posts about the arts and the arts management. For more information about Daniel’s writing please visit: http://daniel.basicbruegel.com/texte/

[1] E F Schumacher, Small Is Beautiful: A Study of Economics as if People Mattered, Vintage Books, London, 1993, p.11

[2] St. John’s poet laureate quits over cuts to arts funding

[3] Hill Strategies Research

[4] Day Fine Law & Legal Definition

[5] Day-fine

 

Related links:
Do You Have to Be Rich to Make It as an Artist? (ARTNET)

Sep 27, 2012
admin

Une Chance (2012)

Ce texte a été écrit dans le cadre des consultations publiques du Renouvellement de la politique culturelle 2012 au Nouveau-Brunswick.

————————————————————————————————————————————–

Un artiste ne peut attendre aucune aide de ses pairs.
Jean Cocteau

Les artistes sont les juges compétents de l’art, il est vrai, mais ces juges compétents sont presque toujours corrompus. Un excellent critique serait un artiste qui aurait beaucoup de science et de goût, sans préjugés et sans envie. Cela est difficile à trouver.
Voltaire

Si ces deux citations évoquent un certain malaise, la situation actuelle de l’artiste et de l’art pourrait être beaucoup plus sérieuse qu’on ne le pense. Les arts, quoiqu’on en dise, ne sont pas nécessaires à la survie de l’humanité. Ils sont peut-être indispensables à la survie de certains individus, j’en conviens et j’en suis un pour qui l’importance de l’art est essentielle, mais l’humanité est très peuplée. On se rappellera que les arts et la créativité se trouvent au sommet de la fameuse pyramide des besoins d’Abraham Maslow [1], si le sommet est une position enviable, la vue y est très belle, c’est malheureusement la représentation du besoin le moins pressant à combler. L’art semble être au-dessus, mais se trouve derrière les besoins d’appartenance, les besoins de sécurité du corps et de l’emploi, derrière les besoins physiologiques; manger, boire, dormir, respirer. Cette affirmation peut sembler cruelle, surtout pour les artistes qui persistent à créer contre vents et marées, mais elle reflète une cruelle vérité.

La beauté de la chose et la difficulté de la chose, c’est que les artistes feront ce qu’ils ou elles pensent devoir faire. On parle de vocations, de penchant impérieux qu’un individu ressent pour une profession. Quoi qu’on en dise, un artiste n’est pas comme un agent d’assurances, un analyste financier, un anthropologue, un anesthésiste réanimateur, un archéologue, un avocat, un cardiologue, un charcutier, un chef cuisinier, un concierge, un conseiller en toxicomanie, un démographe, un dentiste, un dynamiteur, un directeur du marketing, un économiste, un électricien, un facteur, un géologue, un historien de l’art, un infirmier, un ingénieur minier, un journaliste, un linguiste, un mathématicien, un négociateur en bourse, un pharmacien, un sapeur, un technicien en construction aéronautique, un téléphoniste, un traducteur ou un zoologiste. L’artiste est le seul qui soit prêt à faire son devoir sans rémunération. Personne d’autre n’est prêt à commettre une telle bêtise, aucune autre profession n’offre ça.

Il n’y a pas si longtemps un artiste qui exposait son travail dans une galerie s’attendait à recevoir un cachet CARFAC pour sa participation [2]. Ce temps est révolu, et ce même s’il y a une campagne publicitaire qui circule sur la toile et qui trompette : Je suis un artiste, ça ne veut pas dire que je travaille gratuitement. La fanfare perd un peu d’ardeur lorsqu’on réalise qu’en octobre 2011 la campagne de réélection de Barack Obama lançait un appel d’offres invitant des graphistes à faire don de leurs dessins pour une affiche [3]. Il y a de plus en plus d’artistes qui sortent des écoles d’art, toujours plus nombreuses, de plus en plus de demandes de bourses, d’expositions, de plus en plus d’effervescence. Ce bouillonnement d’activités coïncide avec l’émergence d’une nouvelle sensibilité de partage; on n’a qu’à penser aux conditions de réutilisation ou de distribution d’œuvres, établies par Creative Commons [4] ou encore le phénomène de l’externalisation ouverte (crowdsourcing) [5] . Dans le fond tout ça c’est excellent, le problème c’est que les administrations ne vont pas toujours au même rythme que les administrés. Comment rationaliser, comprendre d’une manière cohérente et logique la dynamique de développement d’un centre d’artiste autogéré qui reçoit plus de 200 demandes par année alors qu’il n’offre que 3 expositions ! Quelles sont les possibilités qui s’offrent aux artistes émergents ou encore à ceux et celles qui réémergent ? Nous vivons dans une société de concurrence et les arts font face à la même musique, à la même folie. La réalité, c’est qu’un artiste est maintenant heureux, bienheureux de participer à un événement, de faire partie d’une exposition, et ce même s’il n’y a pas de cachet, car on le sait maintenant, l’invisibilité tue.

Que peut-on faire devant une telle réalité ? Investir plus d’argent dans les arts ? Sûrement, c’est une solution, mais là n’est l’objet de mon intervention. Ce que j’aimerais suggérer ici, ce n’est pas une augmentation des budgets, c’est l’introduction d’un élément de flexibilité, de spontanéité dans le lourd appareil bureaucratique de l’administration des arts. Pour ceux et celles qui ont participé à un jury ou pour les agents des Conseils des Arts, il est évident que ce n’est pas toutes les bonnes demandes qui reçoivent des bourses. Il est toujours malheureux, en fait déchirant, de voir des projets de très grandes qualités tomber dans l’oubli et la négation. La solution que je propose est la suivante : que les Conseils des Arts réservent un pourcentage du budget total d’un jury, d’une compétition ou d’un programme, disons par exemple de 5 % d’un budget de 140,000 $ (7,000 $) et qu’ils procèdent à un tirage au sort avec les demandes qui se sont distinguées, mais qui n’auraient pas reçu de bourse. Cette façon de procéder ne réglerait pas tous les problèmes qui existent, mais donnerait la chance à quelqu’un qui n’en aurait pas eu. Cette chance me semble être quelque chose d’essentiel. Cocteau et Voltaire l’ont bien remarqué. Si les artistes ne peuvent pas toujours compter sur leurs pairs pour les aider, le hasard pourrait s’en charger.

Daniel Dugas
Moncton, 26 septembre 2012

Daniel Dugas porte plusieurs chapeaux, une calotte de poète, un bonnet de vidéaste, une casquette de musicien et un feutre de graphiste. Son travail est visible à www.daniel.basicbruegel.com

 

[1] Site officiel de Abraham Maslow: http://www.maslow.com/
Wikipédia Abraham Maslow: http://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Maslow
[2] CARFAC: http://www.carfac.ca/
[3] Rolling Stone Magazine, TIM DICKINSON, Obama Solicits Designers to Work – Unpaid – on … Jobs Poster! http://www.rollingstone.com/politics/blogs/national-affairs/obama-solicits-designers-to-work-unpaid-on-jobs-poster-20111019
Voir, Art Works a poster contest to support American Jobs : https://my.barackobama.com/page/s/artworks-submission
Voir, Design for Obama: http://designforobama.org
[4] Creative Commons: http://creativecommons.org/
[5] Externalisation ouverte : Pratique qui consiste pour une organisation à externaliser une activité, par l’entremise d’un site Web, en faisant appel à la créativité, à l’intelligence et au savoir-faire de la communauté des internautes, pour créer du contenu, développer une idée, résoudre un problème ou réaliser un projet innovant, et ce, à moindre coût. Office québécois de la langue française, 2010

 

Dec 1, 2010
admin

Le système d’évaluation par les pairs – Entretiens Jacques Cartier (2010)

Table ronde 3 : Évaluer le mérite artistique: repères, évaluation et principaux acteurs? Une discussion entre évaluateurs et personnes évaluées.

Dates : Lundi 22 et Mardi 23 novembre 2010
Lieu : Conservatoire de Lyon 4 montée Cardinal Decourtray 69231 LYON cedex 05

Je participais le mois dernier au colloque — Le soutien public aux arts à l’ère de la montée culturelle des grandes villes dans le cadre des Entretiens Jacques Cartier qui ont eu lieu à Lyon du 19 au 25 novembre 2010. Il y a eu de très bonnes présentations, dont une conférence du sociologue Pierre-Michel Menger sur les arts, leurs marchés et leurs systèmes d’évaluation. Pour plus d’information, voir la série d’entretiens vidéo disponibles sur le site de Daily Motion

 

J’ai été invité par le Conseil des Arts du Canada, à prendre part, à titre de panéliste, à une table ronde animée par Aimé Dontigny agent de programme au Conseil des Arts. Le débat s’est déroulé autour de la question de l’évaluation du mérite artistique et plus particulièrement le modèle canadien d’évaluation par les pairs. Karla Étienne, danseuse et adjointe à la direction de la compagnie de danse Nyata Nyata de Montréal ainsi que Thierry Pariente directeur général de l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre de Lyon y participaient aussi.

Le système d’évaluation par les pairs est quelque chose que nous tenons ici au Canada pour acquis.  Ma participation m’a donné l’opportunité d’examiner, avec un recul critique, les processus décisionnels et les conséquences des choix qui sont faits.

Il est évident qu’en 45 minutes, il soit impossible de débattre de tous les aspects d’un tel système.  Il reste que l’exercice nous as permis, ainsi qu’au public présent, de cerner les grands enjeux et les grands défis de ce modèle.

Voici le texte que j’ai lu comme introduction à ma participation.

Évaluation par les pairs

Le fait d’être choisi pour choisir est un honneur et une grande responsabilité. La tâche de sélectionner en groupe, est une activité intense quelquefois frustrante, souvent épuisante.

C’est une chance inouïe de voir ce qui se fait, à l’échelle du pays, dans une discipline donnée.  C’est un instantané de grande qualité, une image fantastique d’énergie, d’explosion et de défis.

Toutes les fois, où j’ai eu l’occasion de servir sur un jury, j’ai été étonné de voir l’immense qualité du travail présenté.  Tous les demandeurs qui ont soumis une demande ont travaillé une semaine, deux semaines ou plus encore. Ils ont expliqué leur projet, défini leurs attentes, leurs démarches; ils ont cherché des partenaires; des lieux de diffusions; ils ont calculé des budgets, bref ils ont projeté dans l’avenir une partie d’eux-mêmes.  L’investissement est lourd de sens et il est toujours crucial.

Mon point de départ personnel est fondé sur le respect de chaque individu, de chaque rêve. Idéalement, tout le monde devrait recevoir une bourse et pourquoi pas ? Tout le monde a travaillé tellement fort. Malheureusement, les banquiers nous disent que cela n’est pas possible, d’où la nécessité de partager, de juger, de trancher.  Il n’y a pas debail out pour les artistes.

Contribuer à la réalisation de sens est un sentiment unique, mais en même temps les rêves qui se brisent, qui s’effondrent par suite des décisions de jurés, ont de lourdes conséquences. Pour ceux et celles qui recevront, par la poste, une lettre de refus, nous sommes — nous les pairs — l’enfer éternel où nous brûlerons jusqu’à la prochaine date limite.

Le modèle d’évaluation par les pairs n’est pas un modèle parfait, mais c’est celui que nous utilisons. C’est vraiment un genre d’autobus à deux segments, connecté par une espèce d’accordéon qui se plie et se ploie sur la route sinueuse des choix à faire. C’est un modèle qui se rapproche, d’une certaine façon, de l’Encyclopédie Wikipédia. Il n’y a pas un usager, ou un juré qui détient la vérité universelle. La réalité se dessine, au fur et à mesure, lentement, par couches successives, superposées, juxtaposées. Elle devient, dans ce grand projet de collaboration entre individu et communauté, l’âme mouvante qui nous représente dans ce moment éphémère.

Le processus est simple et mystérieux à la fois. Une journée, sans crier gare, le téléphone sonne.  C’est un agent du Conseil des Arts qui tient devant le combiné une invitation à siéger. Une fois les détails réglés, on vous envoie une boîte de cahiers à lire, 500, 1000, 2000 pages de rêves, de chiffres, de curriculum vitae. Tous ces livres doivent être lus, commentés et notés avant la réunion.

Daniel Dugas
Le 23 novembre 2010
Moncton NB — Lyon, France

 

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Son neuvième recueil de poésie L’esprit du temps / The Spirit of the Time vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel Dugas is a poet, musician and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His ninth book of poetry: L’esprit du temps / The Spirit of the Time has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Daniel Dugas es poeta, músico y videocreador. Ha participado en exposiciones individuales y colectivas, festivals y eventos literarios en Norteamérica, Europa, México y Australia. Acaba de publicar su noveno poemario, L’esprit du temps / The spirit of time (Les Editions Prise de parole).

L’esprit du temps / The Spirit of the Time est un projet de transmutation du paysage publicitaire en paysage poétique. Ce livre est à la fois un livre de photographie, un recueil de poésie et un essai lucide mais ludique sur notre société matérialiste. Il a été produit en numérique et imprimé en quantité limitée.

Date : Décembre 2015
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782894239629

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest