Browsing articles in "Everglades"
Apr 14, 2018
admin

Vision poétique d’un endroit atypique (2018)

in-the-swamp-b-wp

Le Regroupement des Éditeurs Franco-Canadiens (REFC)
par Alice Côté Dupuis
4 avril 2018

Vision poétique d’un endroit atypique

Partenaires dans la vie comme dans la création, les poètes Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc se spécialisent dans la vidéo-poésie depuis le milieu des années 1980. C’est en utilisant les images et le texte pour dire et évoquer que le couple nous propose un voyage poétique dans le Parc national des Everglades, aux États-Unis, dans Everglades, un ouvrage qui n’a toutefois rien du guide touristique, paru aux Éditions Prise de parole.

Les Everglades, en Floride : l’un des plus grands parcs nationaux des États-Unis, avec ses 1,5 million d’acres; une véritable rivière d’herbes à l’écosystème fragile, une zone humide importante où un système de rivières coule vers le sud-ouest de l’État. Il y avait certainement là de quoi inspirer au tandem Dugas-LeBlanc de nombreux textes et aussi, beaucoup d’images. C’est en juillet 2014 que les deux s’y rendent la première fois, après avoir été acceptés comme artistes en résidence; mois durant lequel ils multiplieront les explorations, tantôt avec une botaniste, tantôt avec un hydrologiste, toujours en étant impressionnés par la grandeur et la beauté de la nature.

Après avoir exploré l’ensemble du Parc, ce qui nous avait interpellé, c’était vraiment la présence humaine dans le paysage, que ce soient les interventions qui ont été faites au niveau de la canalisation, comme à Chekika, ou encore dans le milieu du Parc, où on retrouve par exemple une base de missiles construite dans les années 1960 durant la crise des missiles de Cuba, raconte Daniel H. Dugas, visiblement vivement marqué par cette expérience hors de l’ordinaire. Au terme de ce mois d’exploration, le couple a réalisé douze vidéo-poèmes ainsi que douze marches sonores qui sont disponibles pour écoute en ligne, sur le web, et après, on s’est dit que le but, ce serait de faire un livre avec tout ça, parce qu’on mélange images et textes, et le livre permet de véhiculer l’ensemble du projet d’une belle façon.

Leur inspiration est donc surtout venue de la présence humaine, mais aussi de la métaphore du marais, qui a toujours eu une connotation négative (en anglais, quand on est super occupés, on dit qu’on est swomped ou en français, tu as tellement de travail que tu es submergé) mais qui, raconte le poète, est au fond l’une des plus grandes éponges naturelles qui filtre l’eau. C’est vraiment important et incroyable en même temps, alors on a voulu jouer là-dessus, sur la métaphore du marais, du marécage, mais on a aussi voulu souligner l’influence de l’être humain sur la nature. Mais je crois que malgré tout, il y a aussi l’aspect de la vivacité et de la résilience de la nature qui ressort dans le livre, ajoute celui qui a été marqué par l’immensité du lieu, qu’il qualifie de grande force de la nature sur la planète.

Dans le livre, l’accent est sur les images et les textes qu’on a fait, mais surtout sur les liaisons entre les deux. C’est poétique, nous rappelle Valérie LeBlanc, qui elle, a été frappée par la grande paix et la tranquillité qu’elle a retrouvées dans cet environnement particulier, où beaucoup d’animaux – dont plusieurs dangereux, comme des pythons – rôdent aussi. Les artistes, comme les poètes qui utilisent des mots qui sont dans le dictionnaire, utilisent du visuel qui existe dans la nature et les transforment pour dire des choses, comme les poètes transforment des mots pour aussi dire des choses, illustre Daniel H. Dugas pour expliquer leur travail de surimpression et de transformation des images dans leurs vidéo-poèmes.

Pour le tandem, l’image, tout comme le mot, suggère et évoque : les métaphores et autres procédés existent aussi dans l’art visuel. Nous sommes tous les deux impliqués dans le texte et l’image, depuis plusieurs années; c’est notre spécialité. Les mots amènent des images aussi, avance Valérie LeBlanc, tandis que son partenaire insiste sur l’interrelation entre le texte et l’image dans leur œuvre : entre le texte et l’image, il y a toujours un va-et-vient de l’œil, et aussi de l’imaginaire. Les deux se complètent, s’entrecroisent, se propagent; il y a quelque chose qui se passe au niveau de l’interaction entre les deux. Daniel H. Dugas trouve d’ailleurs que c’est là que réside l’intérêt pour le lecteur : le fait de devoir, en quelque sorte, remplir les cases blanches entre le texte et l’image et imaginer les morceaux qui manquent.

Cité en exemple, le vidéo-poème The Hole in the Donut, à propos d’une forêt d’une trentaine d’acres dans le Parc national qui a été rasée jusqu’à la roche en raison d’une espèce envahissante qui a fait des dommages au lieu, pour lequel Dugas et LeBlanc ont surimprimé des images de topiaires – des animaux sculptés dans de la verdure – qui surgissent de la roche pour prendre position sur un terrain qui semble hostile. Ça représente l’interférence humaine, le changement que les humains veulent imposer sur la nature, explique Valérie LeBlanc, avant de citer un autre exemple : le texte La mort le matin, écrit à la mémoire du premier garde forestier du Parc à protéger les oiseaux à plumes, en raison du braconnage au début du XXe siècle. En prenant des images sous-marines de la baie de la Floride et en surimprimant des images de femmes avec des chapeaux de mode à plumes, la paire envoie un message plutôt clair.

Sur La dernière panthère, une des marches sonores de cet ouvrage bilingue français-anglais, les deux posent aussi des questions sur l’existence des humains en parallèle avec celle des animaux sauvages, et comment on négocie la présence de chacun. Finalement, si Everglades n’est pas un guide touristique, il est certain qu’il permet néanmoins de découvrir d’un point de vue très singulier cet endroit atypique, et de faire réfléchir le lecteur à l’importance de la diversité humaine et naturelle. Mais ce que Valérie LeBlanc souhaite que leur livre évoque, c’est surtout que l’environnement a beaucoup à offrir. Il faut prendre le temps de tout voir réellement; c’est important d’être vraiment là, dans le moment présent, d’observer et de s’imprégner.

L’ouvrage de poésie texte-images Everglades, de Daniel H. Dugas etValérie LeBlanc, est paru aux Éditions Prise de parole.

 

http://refc.ca/56-everglades-de-daniel-h-dugas-et-valerie-leblanc/

 

Apr 14, 2018
admin

Everglades: quand la poésie se porte à la défense de la nature (2018)

Par SYLVIE MOUSSEAUmardi 3 avril 2018
Acadie Nouvelle

death-water-b-wp

Véritable ode à la beauté et à la fragilité de l’environnement, le livre Evergladesde Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc qui allie photographie, poésie, récits narratifs et analyse nous transporte au cœur d’une nature menacée et marquée par le présence de l’être humain.

Les régions marécageuses constituent une source d’inspiration pour les artistes depuis longtemps. Dans cet essai poétique publié en français et en anglais chez Prise de parole, les auteurs de Moncton retracent en photo et en poésie leur expédition à travers le parc national des Everglades dans le sud de la Floride, tout en mettant en lumière leur approche artistique. Il figure parmi les plus grands parcs nationaux des États-Unis, avec 1,5 million d’acres. Le tandem d’artistes s’est attardé à la présence humaine et à son interaction avec l’environnement du parc.

«L’être humain est le pire des envahisseurs. C’est ce qui menace le plus la survie des espèces», a soulevé Daniel H. Dugas.

Malgré les efforts de restauration pour protéger l’écosystème du sud de la Floride, en 2010, l’UNESCO a remis les Everglades sur la liste des sites en péril. Valérie LeBlanc souligne que toute la canalisation des eaux construites dans le sud de la Floride a considérablement nui à la faune et à la flore de la région. Dans un des textes, Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc comparent les Everglades à un sablier, chaque grain de sable étant un animal.

«Nous le regardons se vider un battement d’aile à la fois un coup de nageoire à la fois. Quand la dernière espèce aura disparu que restera-t-il à documenter?» (extrait tiré du poème Une heure).

Le livre qui se déploie en trois volets rassemble des images traitées tirées de 12 vidéos poétiques, des poèmes, des récits, les photographies de 12 marches sonores et une section qui vient documenter le parcours des deux artistes. À la fois écrivains, poètes, artistes numériques, vidéastes et photographes, Valérie LeBlanc et Daniel H. Dugas livrent un ouvrage complet d’une belle ampleur qui documente toute la recherche qu’ils ont menée depuis quatre ans. Ces deux artistes qui forment aussi un couple dans la vie travaillent ensemble depuis de nombreuses années.

Fortement inspirés par les Everglades, ils ont commencé leur projet en 2014, lors d’une résidence d’un mois dans le parc au milieu de l’été. Dans ce climat subtropical, juillet est synonyme d’extrême chaleur, d’humidité et d’abondance de moustiques. Munis de leur caméra et vêtus d’habits antimoustiques, ils ont arpenté plusieurs régions du parc et des environs afin de créer leurs vidéos poétiques.

«Ce qui nous intéressait à chaque endroit, c’était la présence humaine que ce soit des ruines d’un ancien lieu, l’impact de l’être humain ou encore ce qu’ils font maintenant. On peut voir, entre autres, un lieu qui s’appelle Hole-in-the-Donut où il y avait une plante exotique – le Poivrier brésilien – qui a envahi le parc et les botanistes ont tout éradiqué la plante jusqu’à la pierre.»

Des ambassadeurs
Les deux artistes documentent la situation de façon poétique et visuelle. Le résultat est étonnant. Selon eux, l’art apporte un éclairage différent dans le discours environnemental et permet à la fois de montrer la fragilité et la résilience de la nature.

Le vidéopoète utilise différents procédés pour traiter l’image et ainsi créer des métaphores visuelles. Les marches sonores se basent davantage sur l’audio et les textes sont plus narratifs. Les deux artistes sont retournés à plusieurs reprises en Floride. Ils ont présenté leurs projets, leurs vidéos et ont participé à une exposition. Après les vidéos, ces deux spécialistes de l’art numérique ont eu envie de publier un livre, afin d’avoir un document permanent.

«On travaille beaucoup dans le numérique, ça dure un certain temps et après, ça passe, tandis qu’un livre on peut le garder tous les jours», a mentionné Valérie LeBlanc.

Le couple travaille à plusieurs projets géopoétiques, dont un sur la biosphère de la baie de Fundy. Daniel H. Dugas souligne qu’il y a plusieurs parallèles à faire avec les Everglades.

«Avec Fundy, on voulait faire un projet dans le lieu où nous vivons. Il y a quand même des liens intéressants avec la Floride, comme les oiseaux migrateurs, les courants marins, la fin des ouragans.»

Ce projet de vidéos poétiques devrait être complété d’ici la fin de l’année 2018 ou au début 2019.

«Avec ça, nous avons découvert beaucoup d’endroits que nous ne connaissions pas avant. Ce sont des endroits spectaculaires et on veut les montrer dans les vidéos», a ajouté Valérie LeBlanc.

Tiré en quantité limitée, le livre Everglades qui est disponible en librairie sera lancé le 26 avril, de 17h à 19h, à l’Hôtel Delta Beauséjour dans la cadre du Festival Frye à Moncton. Il y aura aussi un lancement à Miami en novembre prochain. À la suite du lancement à Moncton, tous les vidéos seront disponibles en ligne pour le public.

https://www.acadienouvelle.com/arts-et-spectacles/2018/04/03/everglades-quand-la-poesie-se-porte-a-la-defense-de-la-nature/

Apr 14, 2018
admin

Invitation • Lancement (2018)

Les Éditions Prise de parole vous invitent à célébrer, avec Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc, la parution de leur recueil Everglades.

Date et lieu: le jeudi 26 avril 2018, à 17 h hôtel Delta, à côté du bistro Triio
Entrée gratuite
VL-DD-27mars-2018-avec-livre-2-sm-wp-600px

Renseignements
Stéphane Cormier • 705.675.6491p.206 scormier@prisedeparole.ca

Feb 22, 2015
admin

AnthropoScene workshop (2015)

chromakey-workshop-img

AnthropoScene – color keying workshop
Valerie LeBlanc and Daniel Dugas, University of Miami, FL – March 2015

MOVING IN THE LANDSCAPE: VISIBLE / INVISIBLE
This exercise in visual composition offers opportunities to discuss evidence of human passage in the natural landscape. During the editing process, each person will have access to the workshop footage. This will enable Students to further collaborate on the end result, or to compose individual works. Through voiceover, text over, and added music or sound compositions, the finished works will potentially convey a variety of messages related to the AnthropoScene Conference objectives.

The group will set up a tripod and camera in a fixed position facing a lush green area. (1) An establishing view of the scene will be recorded. (2) Volunteer(s) wearing the blue or white suit(s) will stand still in the green area. Once an image of the person(s) is recorded, recording will continue and the person(s) will move out of position. Volunteers will be encouraged to try out various ways of moving slowly through the scene.

In the editing process, the footage will be layered and color keying will be used to minimize the visibility of the figure(s). The desired effect in this DIY exercise will be an imperfect removal of the figure. (i.e. the keying effect sometimes leaves edge traces and this will reveal the movement of the figure.) Overall, the finished footage should reveal the outline of a (nearly invisible) figure moving in the landscape. During the editing process, Students will make decisions on what the final work will actually convey to the viewer.

Nov 6, 2014
admin

Miami Book Fair International (2014)

Exotic-LeBlanc-and-Dugas

An Evening with AIRIE (Artists in Residence in Everglades)

Miami Bookfair International 2014

Tuesday, November 18th @ 7pm at The Swamp Pavillion

Look for the big tent at the southeast corner of N.E. 3rd Street and 2nd Avenue.

Science + Art:  Transformative Experiences in the Everglades

Despite its importance, abundance of wildlife, and great natural beauty, many people have never visited  the Everglades and only have a vague idea of it as a tangled swamp rife with pythons, mosquitoes and alligators.  AIRIE executive director and artist Deborah Mitchell and biologist Skip Snow will co-moderate a panel of five AIRIE artists on the transformative experience their residency in the Everglades has had on their work.  Audio composer Gustavo Matamoros, Visual artist Reed Van Brunschot, author Anne McCrary Sullivan, and multi-disciplinary Canadian artists Valerie LeBlanc and Daniel Dugas will share their recent experiences with the audience while a slide show of AIRIE art provides visual support for their moving narratives.

About the artists

LeBlanc and Dugas will debut their new project FLOW- BIG WATERS with a program of video poems. Based upon their research in the Everglades National Park, the project will continue through 2015 and will also include a series of sound walks and photographs. Researching and recording several aspects of this unique biosphere, this dynamic duo continues working on various aspects of this multi-facetted project. Using tools of writing, still and moving images and audio, the root of their desire is to share the aesthetic joy of being there in the moment. When completed, the project will be available online.

Matamoros will present Bats & Insects, a sound-scape audio composition on exhibit September 19-November 5th at the critically acclaimed Common Ground:  Artists in the Everglades at Florida Atlantic University. This Venezuelan composer is the driving force behind ISaw + Subtropics, the leading proponent of experiential music and sound art in the Southeast.

McCrary Sullivan has had poems widely published in literary and academic journals including The Gettysburg Review, the Southern Review, and Harvard Educational Review.  During and after her AIRIE residency, she accumulated thousands of hours paddling the waters of the Everglades National Park, which resulted in two books:   Ecology II: Throat Song from the Everglades and Paddling the Everglades Wilderness Waterway.

Van Brunschot is a visual artist who uses multiple mediums including sculpture, painting, performance and video.   Based on evoking memories of childhood, home life and a general commonality found in nostalgic experiences, her work examines transitions and places them in the public sphere.  Van Brunschot will discuss how her recent transformative residency experience has affected her studio practice.

About the Moderators

Biologist Skip Snow worked for the National Park Service for 38 years, the last 25 at Everglades National Park. He has evaluated the effects of water management on park wildlife, worked to reintroduce native species, and spent considerable time working on eradicating the Burmese python.  Since retiring in 2013, Skip has been pursuing a keen interest in the intersection of art and science, and continues to volunteer for the park as an emeritus wildlife biologist.

Artist and Executive Director of AIRIE, Deborah Mitchell, participated in the Artist-in-Residence program in Big Cypress in 2007.  Since then, environmental awareness and community outreach has been the focus of her multi-disciplinary work.  In addition to working with AIRIE fellows and organizing cultural programs, she curated The Preserve in 2012 and Flight: Aloft in the Everglades in 2014. Mitchell’s photographs can be seen in Swamplife, (Minnesota Press).

An evening with AIRIE in the Swamp Pavilion at the Bookfair will be an informative program which presents a nuanced look at the Everglades by letting AIRIE Fellows share their work and perspectives on the park with both local and international book lovers.

http://airie.org/2014/save-the-date-airie-at-the-book-fair-nov-18/

Sep 30, 2013
admin

Announcing 2014 AIRIE Fellows

Valerie LeBlanc and myself are extremely happy to have been invited by the Everglades and Dry Tortugas National Park to be the artists in residence for July 2014.  It is a prestigious opportunity and referring to the tradition of invited artists, as stated in the 1st paragraph of the letter, ‘our work there will become part of the permanent record of the parks that helps to preserve them’.  Described as a subtropical wilderness, with a unique combination of temperate and tropical characteristics, the Everglades has been designated as a World Heritage Site, an International Biosphere reserve, and a Wetland of International Importance.  One of the main outcomes that the Park hopes to gain from the visiting artists is ‘to help visitors make emotional and intellectual connections with this amazing place’.  As per our practice(s), we are looking forward to continuing to create poetic storylines within the exploration of this new media locative soundwalk project.

 

airie-fellow

 

Artists in Residence in Everglades proudly announces the 2014 AIRIE Fellows. This year, AIRIE boasts a creative group of local, national and international artists across several disciplines including painters, installation artists, new media artists, photographers, and writers, who will live and work in the Everglades for a month at a time.

 

2014 AIRIE Fellows include photographers Adam Nadel and Dana Levy, poet Breanna Dixon, painter Rodney Dickson, video artists Karl Staven and duo Daniel Dugas & Valerie LeBlanc, as well as Florida natives including multi-disciplinary artist Elite Kedan, photographer Emily Myerscough, visual artist Reed Van BrunschotRegina Jestrow and Prudence Gill and writer Nathaniel Sandler. Read more about each of the AIRIE 2014 fellows.

 

South Florida is home to the only subtropical wilderness area in the country, AIRIE is the only program bringing artists to the Everglades. AIRIE’s purpose is to inform, connect, and support artists, writers and musicians who wish to be inspired by the Everglades and then become ambassadors for the Park and its resources. AIRIE partners with Everglades National Park staff to offer month-long artist residencies in the Park’s subtropical wilderness. At least twelve AIRIE Fellows per year live and create new work in the Park, and in return lead interactive activities with visitors and donate artwork to the Park.

 

With generous support from the John S. and James L. Knight Foundation Arts Challenge Grant, AIRIE connects Fellows with the South Florida cultural community to bring attention to this unique and endangered part of our national heritage. AIRIE’s expanded programming will feature a year-round calendar of events both in the Everglades and outside the Park, including readings, performances, workshops and lectures. Through these outreach events, Fellows will use their art forms to engage the public, showcasing the Everglades as inspiring, important and worth protecting.

 

AIRIE Fellows have the unique opportunity to get to know the ecology of the Everglades by being immersed in it, and then share their perspective through creative public programs. “In a park known for its spectacular and diverse wildlife, the art and voices of AIRIE artists reveal other unique, and often missed, dimensions of this special place,” remarks Park Superintendent Dan Kimball.

from: http://airie.org/2013/announcing-2014-airie-fellow/

 

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel H. Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Everglades, coécrit avec Valerie LeBlanc, vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel H. Dugas is a poet, musician, and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His tenth book of poetry, co-written with Valerie LeBlanc, Everglades has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Everglades
À partir de leur exploration du parc national des Everglades, Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc cartographient dans cet essai poétique les effets de la présence humaine sur le milieu naturel, les traces qu’elle y dépose. Everglades est une ode à la beauté, à la fragilité et à la résilience d’une nature aux prises avec une espèce envahissante, la nôtre.

Everglades
Through their exploration of the Everglades National Park, Daniel H. Dugas and Valerie LeBlanc document, in this poetic collection, the effects of human presence in the natural world and the traces left behind. Everglades is an ode to the beauty, the fragility and the resilience of nature faced with the invasiveness of a particular species, ours.

Date : Mars 2018
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782897441029
Français/English

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=1148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest