Browsing articles in "poésie"
Dec 1, 2016
admin

5th International Video Poetry Festival – program (2016)

5th International Video Poetry Festival
55 VIDEO ARTISTS & POETS FROM 21 COUNTRIES
6 HOURS SHOW
SATURDAY10/12 STARTS 20.00

GREECE
H. Bozini + P. Papadopoulos | Th. Panou | Y. Deliveis
F. Averbach (Void Network) T. Kapouranis | A. Chatziioannidi
Ch. Sakellaridis | V. Velli | Y. Lianos (Lokatola Collective)
S. Oikonomidis |Demi Sam (Group Avgo) | K. Shabanova

THAILAND
R. Nurfarida

INDIA
S. Singh

MEXICO
P. R. Aranda | C. Bustamante

AUSTRIA
V. Sebert

VENEZUELA
A. M. Giner

BOLIVIA
L. Sellars

SOUTH KOREA
F. Harvor

ARMENIA
E. Boghosian

IRAN
M. Fathollahi

CANADA
S. Otter | M. Depatie | V. LeBlanc | D. H. Dugas

GERMANY
S. Wiegner

ITALY
P. Chiesa-S. Cinematografica
F. Gironi+G. Daverio | F. Bonfatti

ENGLAND
D. Douglas | C. Cameron | B. Dickinson | E. Cay
M. Piatek | A. Cook | O. Smith | J. L. Ugarte| D. Taylor | M. Lland

USA
S. Chang | H. Dewbery | S. Negus | H. Gray | M. Mullins
H. P. Moon | C. St. Onge | R. Anderson | T. Becker

RUSSIA
T. Moshkova | C. Preobrazhenskaya

ARGENTINA
L. Focarazzo

BELGIUM
P. Bogaert & J. Peeters

AUSTRALIA
M. Goldberg | I. Gibbins

SPAIN
Is. Martin | C. Moreno

SWITZERLAND
A. Prundaru

O καιρός της Τέχνης πέρασε πια. Το θέμα τώρα είναι να πραγματώσουμε
την Τέχνη, να κατασκευάσουμε αποτελεσματικά και σε όλα τα επίπεδα της ζωής ό,τι παλιότερα υποχρεωτικά
παρέμενε μια καλλιτεχνική αυταπάτη ή μια ανάμνηση που ο άνθρωπος ονειρευόταν ή συντηρούσε μονόπλευρα.
Δεν μπορούμε να πραγματώσουμε την Τέχνη παρά καταργώντας την. Ωστόσο, θα πρέπει να αντιταχτούμε
στην σημερινή κατάσταση της κοινωνίας, που καταργεί την Τέχνη αντικαθιστώντας την με την αυτόματη κίνηση
ενός θεάματος ακόμα πιο ιεραρχικού και παθητικού.Μπορούμε να καταργήσουμε την Τέχνη μόνο αν την πραγματώσουμε

organised by +the Institue [for Experimental Arts]
supported by Void Network

ΠΛΗΡΟΦΟΡΙΕΣ
http://theinstitute.info/?p=1488
FB EVENT
https://www.facebook.com/events/216056028835833/?active_tab=discussion

Nov 1, 2016
admin

Notes from the 4th Kistrech Poetry Festival (2016)

I have participated in many poetry festivals, each series of events is unique, but the fourth Kistrech Poetry Festival had something that others don’t have. To begin, there are not many venues for international poets or artists in Africa, the economic realities of the continent dictate this scarcity of opportunities. Christopher Okemwa, the director of the festival has been working hard to create an event where the audience and the poets can share insights and discussions. Another thing that made this festival standout was the fact that our group, the invited poets and a large section of the audience, were always together. We were together in the conference room, at lunch breaks and we were together in buses travelling to different locations. This created a sense of belonging and gave us a chance to get to know each other more closely.

Most of the Festival events took place at the main campus of the Kisii University from October 3rd until October 8th with writers from Nigeria, the USA, Denmark, Netherlands, Norway, Canada, and Kenya. Student participants came from both Kisii University and Nairobi University. A series of readings by internationally based, Kenyan poets as well as student poets took place on the Kisii University Campus, at the Genesis Preparatory School, the St. Charles Kabeo High School and on the shores of Lake Victoria. In addition to these, papers were also presented: Beatrice Ekesa (Nairobi University) talked about issues of globalization in the context of Spoken Word in Kenya; Martin Glaz Serup (Denmark) presented the Holocaust Museum, a conceptual post-productive witness literature that deals with the representation of Holocaust; Eric Francis Tinsay Valles (Singapore) delivered a text about trauma in poetry; Seth Michelson (USA) talked about the process of translation and the practice of human freedom; Micheal Oyoo Weche (Kenya) spoke of oral poetry and aesthetic communication practiced by children within the Luo tribe; Tony Mochama (Kenya) discussed the modernity of African poetry in Kenya; Godspower Oboido (Nigeria) compared Nigerian poet Christopher Okigbo with Russian poet Alexander Pushkin; Margaret N. Barasa (Kenya) explained the convergence of language and culture in Manguliechi’s Babuksu after-burial oratory and Valerie LeBlanc and myself (Canada) presented our poetic work created within the Everglades National Park biosphere.

This was the first time that the Festival was held during the University’s Cultural Week. The campus was alive with students and many attended the festival’s lectures and presentations. Throughout the festival, there was a constant flow of energy, of shaking hands, of being truly part of the whole, like the Festival’s program states.

Here are two key moments, two events that made an significant impression on me. Both happened on October 6rd 2016.

GENESIS PREPARATORY PRIMARY SCHOOL

We were on our way, to the Genesis Preparatory Primary School to meet and to read to the children. As with every morning, the light was intensely beautiful; the sky blue and the sun hot. At the school, three hundred children, dressed in their dark green uniforms with green and white checker shirts were waiting for us. They actually had been waiting all year for this moment and had a program of poetry, songs and dances prepared for the occasion. We all sat outside in the courtyard under the sun and under the shades of pine trees, on blue chairs and yellow chairs, on green chairs and magenta chairs. There was electricity in the air. A teacher came up front, to welcome us and invited a group of students to take place on the stage. Many students had a chance to perform poetry and to sing. To my surprise, a lot of the songs were in French. The Principal told me later that they wanted them to learn English, Kiswahili and French as many countries in the regions speak French. After that, it was our turn to read. Gunnar Wærness (Norway) created a song for a crow that was perched in a tree above us; Martin (Denmark) read 100 words from a children’s book; Jennifer Karmin (USA) involved the children with a participative poetry reading and so on.

After the readings, we were invited to plant trees on the school grounds. Poets planting trees: ‘Poet-trees’ said someone. The holes were already dug and the little seedlings were sitting in a wheel barrel, all ready to go. As each poet was busy planting, students would gather around, looking at our techniques and cheering for the forest to come. Many of the holes were sewn with yellow flowers that looked similar to squash flowers. This seemed to present a wish to protect and encourage the future growth of the trees. The man in charge of the grounds made sure that the dirt was well packed and that the seedlings were straight. When we left it looked like a little forest had been added to the valley.

BOGIAKUMU VILLAGE

When we stepped out of the bus, I don’t think any of us expected to be greeted with such enthusiasm. A musician was already playing his nyatiti, an eight-string instrument, as loud as he could. There was a lot of laughing, clapping and dancing. In the blink of an eye, we were dancing as well, which generated even more laughter. Then, each of the poets was taken in charge by one or two villagers for a personal tour. I left with my two hostesses and Cornelius, a Kisii University student who was translating the exchanges. In Kiswahili I said ‘good morning’ to the women. They both laughed. Cornelius told me that in the afternoon, the custom is to say, ‘good afternoon.’ I wished that I had a pen and a piece of paper to add this to my list of Kiswahili phrases. I repeated it in my head a few times like a mantra as we walked on the main road until we took a path down the hill. The earth is red. Everything is lush. The air is warm and humid. The pathways are incredibly complex, there are paths going everywhere. We walk past mango trees, papaya trees, banana trees, avocado trees, sugar cane and cornfields. Here and there a goat tied to a post looks at us as we go by. Cornelius tells me that the two women are widows and are cultivating their plots and raising their animals by themselves. We finally arrive at a house. As we go in, a few little chicks scramble to get out. The air inside the house is heavy and the sunlight makes the dust appear like diamonds floating in the room. The walls are covered with a lacework-like fabric. I notice two pictures on one of the walls and go to them. They are images of two smiling men. Under the images are their names and two dates. The men are dead. They are the husbands of the two women. The oldest man was born in 1963 and the younger in 1985. The images and the frames look old, as if they had been on the wall for a long time, but the younger man died just a couple of months earlier. After a while, we pull away from the wall and sit on couches. From there I can feel the heat radiating from the tin roof. Cornelius tells me that when one of the women’s husband died, she had to wait for planting the corn and this is why hers is so short compared to the rest. There is a silence. We hear the wind rustling through the nearby sugar canes. At that moment, we also feel the absence of this husband. Then the older woman gets up and goes out. We follow her lead back onto the paths. Red soil. Corn fields. The sun feels good. We arrive at the second home. The woman opens the door. The light floods into the main room. It is very hot and very bright. We sit and rest there for a while.

I can’t remember much from this house; my mind was still filled with the other place. Then we were back on the main road. There were many young people walking to the river to get water. It looked like they just came back from school. All carried yellow jugs. The river, I am told, is not far. I asked Cornelius to teach me how to say, ‘How are you’, and then I repeat this to a group of young boys. They all laugh. Cornelius tells me that there is a difference to whether you speak to one person or many. He teaches me how to say ‘how are you’ to many people, which I say many times during the walk back to the village centre.

The weather was turning. Big dark clouds were gathering and it started to rain. Instead of eating outside, we all went inside a large house to share a meal. We had yams and uji, a porridge made from ground millet. By the meal’s end, the weather had cleared up and we were invited to go back outside. We sat on plastic chairs in a big circle. The musician was in the middle with his instrument and dancers came from behind him. Eventually, it was the poets’ turn to join in the dance. Later, as we walked back through the pathways toward the bus, we saw a rainbow arching over the valley.

KISII POSTSCRIPT
The night before we left, two women were killed by the police at the market. Some people at the hotel heard what sounded like fireworks. I heard nothing. But two women died that night. Then there was a riot and wooden stands were thrown into a bonfire as people protested. In the morning as we drove down the road, the market looked empty, here and there were piles of charred wood. A few days later, the University of Kisii introduced new fee payment rules for its students. This change resulted in a massive riot, this time by students. A fourth-year woman student was shot in the head by a stray bullet, but survived. The Daily Nation (Nairobi) newspaper, reported that 10 students had been arrested while the Standard (Nairobi), mentioned that more than 30 students were arrested. According to the newspapers, the fee collection office and a School of Law office were set ablaze. Images of soldiers on the grounds of the University were unsettling to see. Many of our young poet friends from the Kisii University and University of Nairobi (Elly Omullo, Ombui Omoke, Roberto de Khalifa) wrote poignant texts on their Facebook walls, putting words to what was happening around them.

THITIMA (energy)

In this landscape
of shovelled earths
and un-shovelled earths
of arched goats
looking thoughtful
of speeding Boda-Bodas
and Boda-Boda sheds

In this land of Churches
and Choma zones
of men with shovels
walking empowered
dreaming of self-sufficiency
of yams and sweet potatoes and bananas

In this cosmology of paths
extending outward
shortcutting everything

In this endless network
of paths of life and death
of paths taken and abandoned
of paths like the energy of the Big Bang
like the music rising
from every bus
every stand
from the music
that envelops everyone

There is no stopping the going
and no stopping the rhythms.

A path goes this way
another one that way
they overlap
become larger
veer between bushes
They are the tentacles
of giant octopus’
dancing a waltz

The neurons
sending electricity
to each limb
light up this
East African night

The paths are
the way to go
the way to come
back home

They are
what is left
of having to go
of wanting to go

They are what is passed down
to the children who in turn
will invent new roads to travel upon
and new rhythms to walk along.

Daniel H. Dugas
October 9, 2016

GODS

God is everywhere!
Especially as decals on buses

GOD ALMIGHTY
in bold letters
racing on a dirt road
God in the middle of the wilderness
incarnated in every speeding Boda-Boda

God is everywhere!
I see him
in the diesel fumes of buses
I see him
in the whirlpools
of papers and bags
in the tails
of small goats
eating in ditches
I see him
in the yellow plastic jugs
balancing on heads
I see him in the tarps
flapping in the wind
in the wind that controls everything
I see him
in the smoke of every fire
of this never ending choma zone

He is here,
everywhere,
present on each kernel of corn.

Daniel H. Dugas
Oct 10, 2016

*

I would like to thank the Canada Council for the Arts and the New Brunswick Arts Board for their support. / Je remercie le Conseil des arts du Canada et le Conseil des Arts du Nouveau-Brunswick pour leur soutien.

artsnb_logocolour_clean

CCFA_CMYK_colour_f

Aug 6, 2016
admin

Citations gratuites – Caraquet (2016)

Samedi 6 aout 2016
9 h – 11 h Un poète au Marché avec Daniel H. Dugas. Interventions poétiques publiques Citations gratuites. //// Marché régional de Caraquet – Gratuit

Au marché avec Joanie Roy et Jonathan Roy
Photos : Valerie LeBlanc

02-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016-sm 03-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016-sm 04-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016sm 05-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016-sm 06-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016-sm 08-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016-sm 09-Citations-gratuites-Caraquet-Aout-2016-sm

Jul 14, 2016
admin

Festival acadien de poésie (2016)

Quelle joie !

festival-poesie-caraquet-WP

et mon horaire !

Jeudi 4 aout 2016
19 h Soirée de poésie Les poètes arrivent en ville avec Annie-Claude Thériault, Daniel H. Dugas, François Guerrette, José Acquelin, Joséphine Bacon et Paul Bossé. Présentation officielle des poètes invités à la 20e édition et célébration autour d’un vin d’honneur. //// Accompagnement musical : Jean-Marie Pit Benoît, Joanie Roy et François Landry.

Vendredi 5 aout 2016
20 h Soirée de poésie Voir Miscou et mourir… avec Annie-Claude Thériault, Daniel H. Dugas, Herménégilde Chiasson, Jean-Philippe Dupuis, Joanne Morency, Lise Gaboury-Diallo et Pierre Raphaël Pelletier. Accompagnement musical : Erwens. Dégustation de bière La Gougou de la Distillerie Fils du Roy //// Phare de Miscou (prévoir 75 minutes de Caraquet) – Billets : 25 $ (frais inclus)


Samedi 6 aout 2016

9 h – 11 h Un poète au Marché avec Daniel H. Dugas. Interventions poétiques publiques Citations gratuites. //// Marché régional de Caraquet – Gratuit

11 h Table ronde sous le thème Images transfigurées – défis et possibles des pratiques multimédiatiques avec les poètes et artistes multidisciplinaires Daniel H. Dugas, Jean-Philippe Dupuis, Paul Bossé et Simon Dumas. Animation: Herménégilde Chiasson. Présence spéciale des poètes François Guerrette et Lise Gaboury-Diallo, participants au spectacle Amérique-Acadie des Productions Rhizome. //// Galerie d’art Bernard-Jean – Centre culturel de Caraquet – Gratuit

14 h Au nectar des mots avec Daniel H. Dugas, Herménégilde Chiasson, Joanne Morency et Pierre Raphaël Pelletier. //// Nectar Cuisine Internationale (Prévoir 60 minutes de Caraquet) – Bathurst – Gratuit

Festival acadien de poésie

Jul 14, 2016
admin

Faire de la couleur un art du texte (2016)

ASTHEURE-logo

FAIRE DE LA COULEUR UN ART DU TEXTE : UNE GÉOGRAPHIE D’INTENSITÉS DANS L’ESPRIT DU TEMPS/THE SPIRIT OF THE TIME DE DANIEL H. DUGAS – VALÉRIE MANDIA

12 juillet 2016 · par Astheure · dans Critique artistique.

Dugas, Daniel H. L’Esprit du temps/The Spirit of the Time, Sudbury, Prise de parole, 2015, 109 p.

Notre regard sur les rapports entre la peinture et la poésie est vraisemblablement teinté par la lecture qu’en a fait G. E. Lessing dans son Laocoon[1], insistant sur leur différence fondamentale : la peinture est un art de l’espace et la poésie un art du temps. L’Esprit du temps/The Spirit of the Time de Daniel H. Dugas, ouvrage bilingue publié en décembre 2015 aux Éditions Prise de parole, intéressera sans conteste les théoriciens et les artistes contemporains de l’art et de la littérature qui, comme lui, démentent cette lecture dichotomique. En effet, dans son plus récent opus, l’artiste multidisciplinaire acadien explore la peinture comme un art du temps et la poésie, comme un art de l’espace.

Ce qui retient mon attention quant à la création de ce « projet d’écriture sur la couleur » (p. 8) est précisément les différents rapports texte/image à l’œuvre dans un livre qui repense la lecture de la photo, de la couleur et de l’écoumène[2] d’une ville, soit la relation de l’humain à son milieu, à la lumière de la palette qui habite une communauté urbaine, plus précisément, à partir des différentes appellations que les fabricants de peinture donneraient aux couleurs de cette palette. Ainsi pensée, la matière colorante devient une sémantique vécue, c’est-à-dire une façon d’habiter les différents sens des mots qui servent à nommer ces couleurs. Elle « exprim[e] ce que nous sommes, maintenant, le Zeitgeist : l’esprit du temps » (p. 8), notre façon d’être dans le monde par la couleur, « chaque vie [étant] une couche, chaque décennie une couleur » (p. 15). En ce sens, chez Daniel H. Dugas, l’écoumène se transforme en atelier-monde.

De la couleur au texte
L’Esprit du temps/The Spirit of the Time rend compte du séjour du poète à Sydney en Australie lors d’une résidence d’écrivain. À l’aide des applications mobiles de différentes compagnies de peinture commerciale, sorte de cartes d’échantillons de couleurs, il a cerné les tons qui lui paraissaient « vibrer avec le plus d’intensité » (p. 8) dans les photographies prises au cours de son exploration du sud-est du continent australien. Les noms de couleurs inventoriés par les différents fabricants de peinture — haleine de lézard, douce biche, opulence — deviennent le punctum[3] de l’image, cet élément de surprise, ce détail qui surgit et qui brouille le sens de l’œuvre, ont été fédérateurs de sa démarche qui s’intéresse aux interactions entre les arts, entre les médias.

Plus ambitieux que ses autres titres où se rencontraient déjà sa poésie essayistique et ses images numériques, ce livre se distingue par sa complexité et sa richesse. Si les textes ne suscitent pas tous le même intérêt et s’il semble y avoir un déséquilibre dans l’aspect esthétique des photographies — de toute façon c’est le concept qui est intéressant et le fait que les photos s’apparentent davantage à celles d’un album de voyage ne fait que rendre de façon plus « instantanée » l’esprit de Sydney — les choix esthétiques et éditoriaux ont le mérite d’orienter notre lecture et notre compréhension du projet. Le papier mat de la version imprimée offre des teintes bien saturées et permet d’apprécier la « matière première » du texte : la couleur. Bien que le livre demeure accessible à un large

public grâce à l’édition électronique, l’édition imprimée, limitée à 50 exemplaires, permet une meilleure appréciation de ce « beau livre », décrit « à la fois [comme] un livre de photographie, un recueil de poésie et un essai lucide mais ludique[4] » que l’on pourrait aussi appeler, livre d’artiste. Peu importe la compétence du lecteur, la légende placée sous l’image intervient pour nourrir ses réflexions sur la façon dont s’est fait le passage de l’image au texte d’accompagnement. L’imbrication du textuel et du pictural se fait sur la double page. Les photos présentées sur la page de gauche sont accompagnées des appellations des deux couleurs sélectionnées dans l’image et de la source respective de chacune (Benjamin Moore, Ralph Lauren, Behr, Earthpaint, etc.), de « marqueurs » — mots-clés ayant orienté la lecture de l’image et l’écriture du texte — et d’une pastille de couleur qui engage un regard assidu, encourageant le lecteur-spectateur à localiser dans l’image la couleur contenue dans la pastille. C’est le cas, notamment, du texte « Enfer sépia » côtoyant une photo qui, au premier coup d’œil, n’apparaît qu’en noir et blanc. Où se terre la couleur rouge présentée dans la pastille? Où se cache « [l]es rivières de sang » (p. 33) annoncées dans le texte? En regardant la photographie de plus près, l’œil découvre de minuscules taches rougeâtres. Qui aurait cru que dans cette représentation d’une scène obscure d’abattoir se dissimulait un coucher de soleil à l’horizon, nom de la couleur rouge A31-6 donné par la compagnie Olympic (p. 32)?

esprit-du-temps-page-32-small

Les rapports texte/image
La plupart du temps, le texte décrit l’image. Son rapport à la photo en est donc souvent un d’imitation : « des super yachts / amarrés / aux super quais » (p. 27), un « feu de camp » (p. 35), « [d]ans le parc du jardin botanique / les statues des quatre saisons » (p. 37), « une couverture d’un VHS » (p. 41). Parfois, le texte explique une photo plus abstraite et la recontextualise dans l’espace : « les murs » du Blackwattle Café (p. 15), « une boîte à biscuit » (p. 45), « [d]eux gouttes de vin » (p. 63).

esprit-du-temps-page-62-small

D’autres fois encore, il complète un objet coupé par le cadrage de l’image. À titre d’exemple, « Le ciel de ciment », accompagnant la photographie de « [s]tatues d’enfants » dont on ne voit que la partie inférieure, parachève la sculpture : « Le garçon / grièvement blessé / tient un parapluie » (p. 68-69). En nommant cet accessoire, le texte dirige le regard vers des détails de l’image que tout le monde n’aurait pas décelés : le parapluie est bien présent dans l’image, accoté au mur d’un édifice.

esprit-du-temps-page-68-sm

Dugas explore toutes les possibilités que lui offrent les couleurs écrites. « Chihuahueño » (p. 51), le poème le plus ludique du recueil, devient presque inintelligible, sinon surréaliste. Le poète trace le portrait d’« un petit chien tout à fait adorable » à l’aide des noms de couleurs inventés par différentes compagnies de peinture. Si l’on avait à recomposer le portrait pictural de l’animal d’après ce texte, le chihuahua se métamorphoserait drastiquement :

« Tamia rayé autour des cheville / Cabane en bois sur les côtés / un peu de Moineau sur le visage / Peau de mouton sur sa tête / un soupçon Déesse des pêches / un grain de Vacher là-haut / sans oublier les incontournables / Sucre d’érable / Maison d’écorce Mark Twain. » Toutes ces expressions pour dire les différentes nuances compromettent l’image, la recréent, ouvrent l’imaginaire du lecteur. Le poète montre ainsi que « [le mot] est porteur de fictions, de fabrication imaginaires » (p. 9).

esprit-du-temps-page-50-sm

Une limite élastique
L’Esprit du temps/The Spirit of the Time de Daniel H. Dugas explore la limite élastique entre le langage et la couleur qui, traditionnellement, « fait apparaître de manière exemplaire les limites du discours[5] ». Déjà, en 1998, l’auteur annonçait son désir de lire le temps dans la peinture : « lis-moi l’avenir / dans les nuances des couleurs / qui dansent / dans les pots des vidanges d’huile / lis-moi la peinture des maisons / qui s’écaillent / et qui sèchent au soleil[6] ».

[1] G. E. Lessing, Du Laocoon, ou des limites respectives de la poésie et de la peinture , traduit de l’allemand par Charles Vanderbourg, Paris, Antoine-Augustin Renouard, 1802 [1766].

[2] Terme utilisé par le géographe Augustin Berque.

[3] Notion développée par Roland Barthes dans La chambre claire : note sur la photographie, Paris, Cahiers du cinéma, 1980.

[4] Prise de parole, dossier L’Esprit du temps/The Spirit of the Time.

[5] Bernard Vouilloux, De la peinture au texte : l’image dans l’œuvre de Julien Gracq , Genève, Librairie Droz, 1989, p. 50.

[6] Daniel H. Dugas, « Lis-moi l’avenir », La limite élastique, Moncton, Perce-Neige, 1998, p. 76.

À propos…

Crédit photo : Éditions Prise de parole.

À la croisée de la littérature et de la peinture, les recherches de Valérie Mandia ont pour champs d’intérêt les rapports entre les deux paroles artistiques ainsi que la figure de l’auteure-artiste. Ayant étudié les arts visuels et la littérature à l’Université d’Ottawa et terminé en 2012 une maîtrise en création littéraire, Valérie Mandia prépare aujourd’hui une thèse de doctorat (FQRSC) où elle réfléchit sur l’intermédialité à l’œuvre chez Leonor Fini.

May 20, 2016
admin

Festival de la Poésie de Montréal (2016)

Festival-2016-Affichette-electroniqueVoici mon horaire:

D’Écosse, Dugas, Desbiens
lecture bilingue français-anglais

Une lecture transatlantique avec Peter Mackay, Rachel McCrum et JL Williams (Écosse), Daniel H. Dugas et Patrice Desbiens.

En collaboration avec le British Council

MERCREDI 1er JUIN, 19H
Librairie Drawn&Quartely
211 Rue Bernard O, Montréal
(métro Rosemont)

GRANDE LECTURE DU FESTIVAL
Lectures et performances d’ici et d’ailleurs

Avec Peter Mackay, Rachel McCrum et Jennifer Williams (Écosse), Carmen Villoro, Mariana Perez-Villoro (Mexique), Antoni Clapès, Marc Romera, Odile Arque (Catalogne), Martine Audet, Paul Bélanger, Daniel H. Dugas, Sonia Cotten, Phillipe Garon, Daniele Pieroni, Joséphine Bacon et Patrice Desbiens.

VENDREDI 3 JUIN, 21h
O Patro Výš
356 av. Mont-Royal Est, Montréal
(métro Mont-Royal)

Feb 28, 2016
admin

Jacques Prosper Bazié (2016)

Parchemins migrateurs, de Jacques Prosper Bazié, est un petit livre de rien du tout, 40 pages, mais les poèmes sont d’une incroyable intensité. En le relisant, je me suis demandé ce qu’il advenait de Jacques Prosper. Tristement, j’ai vite réalisé qu’il était parti le 1er octobre 2014. J’ai eu la chance de le rencontrer en 2011 lors du Festival acadien de Poésie de Caraquet où nous étions tous les deux invités. Bon voyage Monsieur Brazié.

J’ai percé le secret de la brousse ;
J’en suis comblé d’essences rares.
J’ai défait ses colosses,
Arraché le savoir à des ténébreux commensaux.
J’ai bâti mon monde
Avec les oripeaux de la contingence,
Mais au seuil des arènes,
Je me réveille dans la solitude des nécropoles
Et le silence orphelin des pyramides

Parchemins migrateurs
Éditions Kraal, 2011


DECES DE JACQUES PROSPER BAZIE:Tristesse et consternation au domicile du défunt

Jan 27, 2016
admin

Une décennie de mouvance poétique (2016)

Astheure publiait au mois de novembre dernier une critique de « L’Acadie n’est pas une carte postale ». Ce spectacle hommage à Gérald Leblanc était présenté dans le cadre du Festival international de littérature à Montréal le 28 septembre 2015. Bien content de lire les commentaires de Geneviève D’Ortun sur ma prestation.

spectacle-lion-dor

Crédit photo : Pierre Crépô.

Des voix de l’Acadie actuelle à l’Acadie n’est pas une carte postale : une décennie de mouvance poétique marquée par l’héritage de Gérald Leblanc – Geneviève D’Ortun

27 novembre 2015 · par Astheure · dans Critique artistique.
L’Acadie n’est pas une carte postale, Éric Cormier [direction artistique et littéraire], Montréal, Festival international de littérature, 28 septembre 2015. Soirée de poésie.

Le décor du Lion d’Or est rouge ce soir, comme la majestueuse éclipse lunaire que l’univers nous a servie hier. Nous sommes dans cette salle à l’ambiance très chaleureuse, voire utérine, pour goûter la poésie présentée au Festival international de littérature (FIL), mais aussi pour marquer un triste anniversaire: celui du départ, il y a dix ans, du poète acadien Gérald Leblanc, instigateur d’un mouvement artistique urbain résolument ancré dans l’authenticité et toujours d’actualité. La salle est rouge, mais l’atmosphère est teintée de bleu. De bleu mouvant…

Soulignons qu’en mai 2004 ce même lieu s’animait pour accueillir Les voix de l’Acadie actuelle, une soirée orchestrée par Gérald Leblanc réunissant Frédric Gary Comeau, Bernard Falaise, les Païens, Marc Chops Arsenault, Éric Cormier, France Daigle, Judith Hamel, Christian Roy, Serge Patrice Thibodeau et Marie-Jo Thério. Plusieurs de ces artistes foulent à nouveau les planches du Lion d’Or ce soir pour scander que « l’Acadie n’est pas une carte postale ».

Gérald, je te connais à travers tes très fidèles amis, des artistes pour qui ton énergie vibre encore au quotidien, des gens dont tu teintes toujours les souvenirs d’un éclat de rire. Je te connais à travers ta plume puisque je n’ai pas eu la chance de te croiser ici-bas avant le 30 mai 2005, jour de ton départ. Ce soir, j’ai soif de ta poésie, j’ai hâte de te découvrir à travers le regard de tes anciens complices.

Après une introduction flamboyante du poète Jean-Paul Daoust, maître de cérémonie pour la soirée, Éric Cormier, le concepteur de l’hommage, donne le coup d’envoi. Se succèdent ensuite une projection du court-métrage Mouvance de Chris LeBlanc et des performances de Gabriel Robichaud, Georgette LeBlanc, Fredric Gary Comeau, Joseph Edgar, Daniel Dugas, Serge-Patrice Thibodeau et Marie-Jo Thério, le tout accompagné en musique par les délicieuses ambiances de Marc Chops Arsenault (basse), Bernard Falaise (guitare) et Philippe Melanson (percussions) et tissé de lectures d’œuvres de Leblanc choisies par Jean-Paul Daoust.

La réunion éclectique d’artistes de L’Acadie n’est pas une carte postale donne lieu à quelques moments de partage particulièrement réussis, denrées trop rares (et donc savoureuses) lors des conventionnelles soirées de poésie. Quel plaisir que de redécouvrir le court-métrage Mouvance qui nous fait sillonner Moncton en suivant la voix de Leblanc accompagnée des Païens[1], de rigoler devant la spontanéité désarmante de Georgette LeBlanc, d’être bercé par la voix envoûtante de Fredric Gary Comeau qui mord dans ses mots jusqu’à en briser le sens pour créer un nouveau rythme… Au chapitre des lectures percussives, le public est bien servi ce soir: les chansons enlevantes offertes par un Joseph Edgar à l’énergie communicatrice viennent agréablement ponctuer l’événement. La contribution originale de Daniel Dugas dans cet amalgame poétique vient quant à elle des montages audio-vidéo très réussis qui accompagnent ses lectures: les associations d’images proposées frappent l’imaginaire du public et fournissent à ses textes une nouvelle profondeur. Et, bien entendu, la vocaliste et improvisatrice hors pair Marie-Jo Thério rayonne sur scène, illuminant le Lion d’Or par la poésie incarnée que sont les mots de Leblanc dans sa bouche : une grandiose finale pour une soirée qui pourrait autrement, de par son format conventionnel, sombrer dans la répétition et l’uniformité.

Là où l’événement perd de son panache, c’est dans sa structure répétitive, donc prévisible, et dans ses longueurs… Déception ici face à l’uniformité des nuances dans la lecture de Gabriel Robichaud qui offre au public une performance plutôt égale sur un ton révolté et à un fort volume d’un texte coécrit avec Jean-Philippe Raîche. Complètement aux antipodes côté intensité, Serge Patrice Thibodeau livre, plus tard dans la soirée, une performance s’étirant en longueur, heureusement colorée par des interventions musicales inventives de Bernard Falaise à la guitare.

Une question subsiste à la suite de cette soirée-hommage à Gérald Leblanc: comment pourrions-nous revisiter le format traditionnel des soirées de lecture avec musique de manière à créer un spectacle engageant et mémorable ? Une partie du problème se trouve peut-être dans la courte préparation habituellement dévolue à la mise en place d’un tel événement. Bien entendu, la rencontre spontanée entre plusieurs artisans des mots et des sons peut donner lieu à des moments d’abandon et de communion d’une force brute ou encore permettre l’expression d’une fragilité ou d’une vulnérabilité troublantes: lorsque des artistes improvisent sans filet, ils embrassent le risque, ils foncent, ils se font confiance, ils se livrent et s’accueillent. Or, dans ce cas-ci nous ne sommes pas dans l’improvisation pure: le matériau de base de chaque segment est déterminé par le choix du poème et de son interprétation par l’auteur. Des périodes de répétition et d’exploration plus longues entre les invités et les musiciens permettraient peut-être de dégager plus clairement les ambiances et les sonorités particulières des textes…

Malgré l’impact de l’œuvre de Leblanc en poésie francophone nord-américaine (en entrevue, Jean-Paul Daoust le compare à Miron), le Lion d’Or n’est pas plein ce soir. Face à la diminution de la fréquentation de spectacles en salle, les artisans de la scène se voient contraints de redoubler d’efforts pour attirer le public, et la soirée de poésie n’échappe pas à ce phénomène. Peut-être que l’intérêt de ce type d’événement passe obligatoirement par une réflexion et une refonte de son format de la part de ses principaux créateurs (poètes, musiciens et concepteurs), car il ne suffit plus de simplement enchaîner des rencontres pour orchestrer un spectacle au contenu substantiel. Gérald aurait dit : « Surprenez-moi »…

Finalement, le pari de L’Acadie n’est pas une carte postale est presque gagné: des thèmes chers à Leblanc (le voyage, la quête d’identité, le positionnement social) ont été soulignés par les auteurs invités afin de créer un hommage en tissant des ponts entre son œuvre et la poésie actuelle. Par contre, la partie « hommage » de la soirée, bien que très tangible dans l’animation de Jean-Paul Daoust, n’est distillée que par quelques rares commentaires de Fredric Gary Comeau et de Joseph Edgar. Elle ne prend tout son sens que durant la prestation de Marie-Jo Thério, qui partage avec le public quelques souvenirs personnels et émouvants qu’elle garde de l’homme. Cette disparité entre le contenu émotionnel de l’animation et les prestations d’auteurs crée un hiatus avec lequel le public doit composer pour se construire une image du poète. La soirée comporte par ailleurs des extraits d’ouvrages attendus de Georgette LeBlanc et Fredric Gary Comeau.

Gérald : ton legs artistique et personnel est si riche que nous nous réunirons encore souvent pour le souligner. À la prochaine, donc. See you next time.

[1] La trame sonore du court-métrage vient d’une captation live du spectacle Les Étoiles filantes présenté au Lion d’Or en 2004.

WEB

Dec 21, 2015
admin

Rapport résidence d’écrivain (2015)

La résidence d’écrivain au Département d’études françaises de l’Université de Moncton m’a permis de travailler sur mon projet « Formats », où l’architecture des formats d’images du cinéma et de la vidéo est utilisée comme outil de création. J’ai concentré la plus grande partie de mon travail d’écriture poétique à l’exploration de deux formats populaires : le format écran large (16/9) et le format historique de la télévision (4/3). De plus, j’ai eu l’occasion de participer à une série de rencontres avec la population universitaire.

Voici en résumé le retour sur ce qui a été réalisé.

Jeudi de la Librairie
La Librairie acadienne et le Groupe de recherche interdisciplinaire sur les cultures en contact (GRICC) de la Faculté des arts et des sciences sociales m’ont invité au premier Jeudi de la Librairie de la saison 2015-2016, qui a eu lieu le 5 novembre à la Librairie acadienne du Campus de l’Université de Moncton de 16 h 30 à 18 h. Nicolas Nicaise, chargé de cours et doctorant au Département d’études françaises, animait la rencontre. Après la présentation j’ai fait la lecture de quelques textes.

Conférence + lancement
Le Département d’études françaises m’invitait à prononcer une conférence publique intitulée : « La poésie et la galère de notre temps ». La conférence a eu lieu le jeudi 3 décembre 2015 à 16 h, à la Librairie Acadienne, pavillon Taillon et a été suivi du lancement de mon nouveau livre intitulé L’Esprit du temps / The Spirit of the Time.

Résumé du livre
L’esprit du temps / The Spirit of the Time est un projet d’écriture sur la couleur. Le poète et essayiste utilise les cartes des échantillons de couleurs disponibles dans le commerce — les nuanciers de Benjamin Moore, Ralph Lauren, Behr, Earthpaint, Taubmans et d’autres — comme éléments de base pour créer une géopoésie de la ville de Sydney, en Australie.

Si la couleur est un élément de joie et de surprise, les noms inventés par les compagnies de peinture deviennent soudainement une surprise dans une surprise. En effet, que peut-on dire d’une société qui baptise ses couleurs de noms aussi évocateurs que Mur d’école, Étincelle d’amour ou Croûte de biscuit Graham? Quelque part, ces nouvelles appellations sont des reflets culturels, des images-miroirs de notre société. Elles expriment ce que nous sommes, maintenant, le Zeitgeist : l’esprit du temps.[1]

Citations gratuites
Le projet « Citations gratuites » était un jeu d’écriture basé sur le hasard qui a eu lieu à la Pavillon des Arts ainsi qu’à la Bibliothèque Champlain. (Le 26 novembre 2015 de 14 h à 15 h au Pavillon des Arts et le 10 décembre 2015 de 14 h à 16 h à l’entrée de la Bibliothèque Champlain). Les étudiants étaient invités dans un premier temps à choisir au hasard un de mes neuf livres de poésie. Ils devaient ensuite choisir une page du livre et finalement une strophe de cette page. L’extrait était retranscrit sur une carte de visite que je donnais à l’étudiant en lui suggérant de bien garder le papier dans son portefeuille comme un gage de succès pour la période des examens. Cet évènement-performance a eu lieu à deux reprises et m’a permis de rencontrer une centaine de personnes. Les strophes sélectionnées ont été utilisées pour reconstruire de nouveaux textes qui seront publiés sur mon blogue plus tard cette année.

Présentation – Le texte poétique
Le 16 novembre 2015
Le professeur Maurice Raymond m’a invité à faire une présentation dans la classe « LITT2403 – Le texte poétique ». La présentation, d’une heure et quart, était axée sur les rapports texte/image de mon livre « L’Esprit du temps / The Spirit of the Time ». J’ai lu des extraits du livre en plus de proposer une série de vidéo poèmes.

Addenda
Lors de ma résidence, deux évènements poétiques se sont ajoutés au calendrier.

Le 28 septembre 2015, je participais au spectacle « L’Acadie n’est pas une carte postale ». Cet hommage à Gérald Leblanc était présenté dans le cadre du Festival international de littérature à Montréal. Geneviève D’Ortun disait de ma présentation dans le webzine ASTHEURE : « La contribution originale de Daniel Dugas dans cet amalgame poétique vient quant à elle des montages audio-vidéo très réussis qui accompagnent ses lectures: les associations d’images proposées frappent l’imaginaire du public et fournissent à ses textes une nouvelle profondeur. »[2]

Enfin, le 12 décembre 2015, je participais au « 43 200 secondes » le marathon littéraire de la revue Ancrages.

Je remercie le Conseil des Arts du Nouveau-Brunswick et l’Université de Moncton pour cette opportunité.

Daniel H. Dugas
Le 1er février 2016

[1] Édition Prise de parole : L’esprit du temps / The Spirit of the Time http://www.prisedeparole.ca/titres-livre/?id=519
[2] Des voix de l’Acadie actuelle à l’Acadie n’est pas une carte postale : une décennie de mouvance poétique marquée par l’héritage de Gérald Leblanc – Geneviève D’Ortun : http://astheure.com/2015/11/27/des-voix-de-lacadie-actuelle-a-lacadie-nest-pas-une-carte-postale-une-decennie-de-mouvance-poetique-marquee-par-lheritage-de-gerald-leblanc-genevieve-d/

 

Nov 24, 2015
admin

Citations gratuites (2015)

citations-gratuites-wp

Flash-back
Alors que j’étais en résidence au Banff Center au début des années 1990, je me souviens d’avoir vu, dans un quartier Calgary, une enseigne qui disait FREE QUOTES. Après une année d’intensité créatrice, c’est la vie tout entière qui m’apparaissait comme un immense projet artistique. J’ai tout de suite pensé qu’il s’agissait de « citations gratuites ». Que les passants pouvaient, s’ils le voulaient, aller consulter le propriétaire de cet incroyable business pour se faire lire une citation d’un auteur ou d’un philosophe. En fait, l’enseigne appartenait à une compagnie d’assurance et les FREE QUOTES étaient en réalité des soumissions gratuites.

Retour au présent.
Dans le cadre de ma résidence d’écrivain à l’Université de Moncton, je me propose de réexaminer cette idée d’échange poétique. Je vais donc installer mon kiosque (une table et une enseigne avec les initiales ER – pas pour Emergency room ni pour Elizabeth Rex, mais plutôt pour Écrivain en Résidence) et inviter la population universitaire à venir me rencontrer et découvrir au hasard une phrase d’un de mes livres.

Le dialogue de ce petit jeu oulipien pourrait aller comme ça :

Moi (un peu comme un vendeur de hot-dogs dans un stade de baseball)
Est-ce que vous voulez une phrase gratuite?

Étudiant
(curieux)
Oui.

Moi
Choisissez un numéro de 1 à 8 (les 8 livres de poésie que j’ai publiés à ce jour)

Étudiant
7 (l’étudiant a choisi « Au large des objets perdus », 2011)

Moi
Choisissez maintenant une page de 1 à 86.

Étudiant
37

Moi
(je vais  donc à la page 37, compte les strophes et demande à l’étudiant)
Choisissez un numéro de 1 à 5

Étudiant
3

Moi
Voici votre phrase :

« la lumière entre
dans la caverne de mes pensées
les lanternes et les torches
dans les tunnels du sens »

Je retranscris la strophe sur une carte de visite que je donne à l’étudiant en lui suggérant de bien garder le papier dans son portefeuille comme un gage de succès pour la période des examens. J’en profite aussi pour annoncer ma conférence et le lancement de mon livre qui aura lieu le 3 décembre 2015.

________________________________________________

Pour plus d’information
Téléphone : (506) 858-4050

 

Pages:12345678»

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Son neuvième recueil de poésie L’esprit du temps / The Spirit of the Time vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel Dugas is a poet, musician and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His ninth book of poetry: L’esprit du temps / The Spirit of the Time has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Daniel Dugas es poeta, músico y videocreador. Ha participado en exposiciones individuales y colectivas, festivals y eventos literarios en Norteamérica, Europa, México y Australia. Acaba de publicar su noveno poemario, L’esprit du temps / The spirit of time (Les Editions Prise de parole).

L’esprit du temps / The Spirit of the Time est un projet de transmutation du paysage publicitaire en paysage poétique. Ce livre est à la fois un livre de photographie, un recueil de poésie et un essai lucide mais ludique sur notre société matérialiste. Il a été produit en numérique et imprimé en quantité limitée.

Date : Décembre 2015
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782894239629

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest