Browsing articles in "commentaire"
Nov 13, 2019
admin

The seagulls and us (2019)

seagull-wp

Politically, we are like a colony of seagulls in a parking lot near McDonald’s or Wendy’s. We look for scraps of food; fries, morsels of meat, even a pickle. We work individually, picking at other birds that threaten to steal what looks like loot. And then amid this disorganized assembly, someone walks by; one man going home or to the grocery store, and all of the birds looking for food fly off in fright. I always find it amazing, that a huge flock of birds can be so afraid of one harmless man going out to run an errand, while longing to lay down on the couch at home. The birds don’t have any understanding of the power they hold. If they were aware, they would stand up to the passer-by and HE would be the one running for his life. But now the man is in his house, watching TV, and he’s probably not even thinking about the birds that are still looking for food and skittering away whenever someone walks by.

Politically, we are like a colony of seagulls found in a parking lot because we seem unable to realize and assume our strengths. We can only conceive of two outcomes for any election: it will be a Liberal government or a Conservative government. In our minds, there are no other possibilities. We either win a fry or a pickle type of government. If we were like the enlightened seagulls of my dreams, we would stand up to passers-by and vote, not for one or the other, but for the party that reflects our beliefs. And we would finally elect someone else, the world would be a better place.

The fear that we have, that if it’s not daytime it must be night-time, can be likened to the fear that makes all birds shake in their boots. Of course, if there was a proportional representation system, or a least an electoral reform like was once promised not too long ago, we would find parking lots with both the birds and the passers-by in happy co-existence.

Daniel H. Dugas
November 6, 2019

What Trudeau said: A look back at Liberal promises on electoral reform
Tania Kohut, December 2, 2016

Why Do Seagulls Hang Out in Parking Lots?
Matt Soniak, June 30, 2014

 

Image: Library of Congress
Zoo: Billy Sea Gull, July 10, 1920 

Nov 12, 2019
admin

24 images/notes de ma seconde New-Yorkaise (2019)

Jean Luc Goddard disait que la photographie, c’était la vérité et le cinéma, c’était vingt-quatre fois la vérité par seconde…  Voici 24 images de ma seconde New-Yorkaise, accompagnées de 24 hyperliens.

1. Parce que le Mutoscope est une machine fantastique,

2. Pour le bleu de l’image et les nez d’Orson Wells,

3. Parce que « Technology/Transformation: Wonder Woman » de Dara Birnbaum
me fait encore réfléchir,

4. Parce qu’Hudson Yards n’est qu’un vaste dépotoir matérialiste et qu’après avoir vu la sculpture de Thomas Heatherwick mon œil s’est accroché à la publicité intérieure,

5. Parce que cet édifice de Snug Habor me fait penser à Aberdeen à Moncton,

6. Parce que la perruque couleur néon est électrique,

7. Parce que le 11 septembre a laissé une marque profonde et que les deux tours existent encore dans cet espace sacré,

8. Parce que ces micros, suspendus devant le rideau rouge, sont d’une grande beauté,

9. Parce que c’est sous le vide que le monde médiatisé nous est apparu,

10. Parce que les « Diapositives à Chansons » recoupaient déjà les grands désirs marketing,

11. Pour « Pong », où j’ai déposé un nombre incalculable de 25 sous,

12. Pour Pope L., que je ne connaissais pas et dont la trajectoire artistique me fascine,


13. Parce que la peinture intitulée « The Eternal City » de Peter Blume est une révélation,

14. Parce qu’Aparelho Cinecromático d’Abraham Palatnik est une autre révélation,

15. Parce que « My%Desktop » est une de mes œuvres d’art préférées depuis longtemps,

16. Parce que j’essaie de m’insérer dans « Figurengruppe/Group of Figures » de Katharina Fritsch,

17. Parce que la statue « Rumors of War » de l’artiste noir américain Kehinde Wiley est d’une grande pertinence, pour ce moment dans l’histoire américaine, pour le choix du modèle, parce que le monument est installé temporairement en plein milieu de Time Square et que l’impact des publicités donne à lire obliquement,

18. Parce que le Guggenheim est un bijou d’architecture,

19. Parce que les crabes qui soutiennent l’Aiguille de Cléopâtre dans Central Park pèsent 922 lb chacun,

20. Parce que le panneau d’affichage « VOTE » de Mitch “the World’s Best Artist” O’Connell remet les pendules à l’heure et parce que l’autre panneau d’affichage par Dhvani —situé directement au-dessus—est aussi captivant que le premier,

21. Parce que l’affiche de la fin du monde est rudimentaire et que cette semaine-là le président américain avait 66.6 millions d’abonnés,


22. Parce que Steinway est un rêve,

23. Parce que la librairie « Printed Matter, Inc » est un temple de bonbons,

24. Parce que ce décollage, presque un détachement, ressemble à la coupe Stanley et que le logo est celui du département d’assainissement de la ville de New York.

Oct 21, 2019
admin

Notes from watching the 2015 election (2019)

Capture d’écran 2019-10-21 à 17.11.14

Here are my notes from watching the last election (2015).

BEGINNING: What is wrong with us?

Justin Trudeau has already become the greatest prime minister in Canada!

It reminds me of the blue wave of Brian Mulroney in 1988. We are all purple now!

We are back in the future of our past.

Everything is already totally different.

For once Atlantic Canada has weight. The conservative voted liberal.

CTV sets look like Apple’s OSX.

The algal bloom may also deplete oxygen in the waters and/or release toxins that may cause illness in humans and other animals.

Like when Frank McKenna won every seat in 1987.

Orange and green were obviously not real colours.

We are now 33% better!

I’ve heard that the Blue Jays will be wearing red shirts in the next inning.

Mulcair will shave his beard.

We need a party with the colour yellow!

Dynasty: “power, lordship, sovereignty,” from dynastes “ruler, chief,” from dynasthai “have power.

It might take another 100 years to see a different outcome than the red vs. blue scheme.

Actually, it might never happen.

It’s still early, but it’s pretty late.

Jack Layton has turned in his grave.

Tom forgot to say something…

Canada Vote sets. Wendy Wesley in purple and Diana Swain in yellow?

Embarrasser ou embrasser ?

Fast delivery

END: They like to touch their chest.

Oct 19, 2019
admin

Sans un mot ni même une larme (2019)

parking1
parking4

Sans un mot ni même une larme, Moncton vient de perdre un autre espace vert. Les rouleaux compresseurs et l’asphalte des entrepreneurs ont eu raison de ce petit lopin de terre situé devant l’hôpital anglais de la ville. Il y avait dans ce parc quelques sentiers, quelques arbres, des bancs, tous rasés maintenant pour faire place à la noirceur du bitume.

Entre ce nouveau stationnement et le trottoir subsiste un monument commémoratif de l’école Beauséjour, le premier établissement scolaire de langue française dans la ville. C’est là, dans ce parc que s’érigeait la « Beauséjour School » devenu quelques années plus tard l’école Beauséjour. Est-ce que bientôt on voudra, pour créer un ou deux espaces supplémentaires de stationnement, déplacer ce monument vers la périphérie?

Notre appétit pour le parking n’est pas un malaise, mais une maladie. La condition qui nous afflige aura, semble-t-il, le dernier mot.

Voir: Le souvenir d’une école, 6 octobre 2008
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/413603/nb-ecole-beausejour

Oct 10, 2019
admin

Maintenant qu’on a bien marché (2019)

On-a-bien-marche-photo-600px-wp

Seules les pensées qu’on a en marchant valent quelque chose.
Nietzsche

Maintenant qu’on a bien marché et que la ville de Moncton a signalé son appui au mouvement pour sauver la planète, il serait bon de savoir ce qu’elle fera concrètement.

Moncton a une surface de stationnement totale dans le centre-ville de 42%[1]. Ce pourcentage augmente de façon dramatique lorsqu’on tient compte des rues. Et c’est énorme. Notre ville est un stationnement où les piétons esquivent Toyota et Ford F150. Moncton, si l’envie te prend, tu pourrais lire le chapitre 22 du livre « A Pattern Language », intitulé « Nine Per Cent ». On dit qu’il n’est pas possible de créer un environnement pour les humains lorsqu’on utilise plus de 9% du territoire pour le stationnement[2].

Et puis, ce n’est pas seulement le parcage qui est problématique, c’est l’ensemble du processus qui tire la patte. C’est comme si sous les feux de l’écoblanchiment, il n’y avait que des formes apaisantes. Récemment, Moncton adoptait une motion visant à en faire davantage pour lutter contre les changements climatiques[3]. C’était une belle initiative, mais un mois seulement après avoir timidement balbutié l’urgence climatique, le département d’ingénierie de la Ville proposait de réduire le nombre de trottoirs, qui seraient trop coûteux à entretenir[4]. Et ce mode d’action, cette façon d’opérer n’est pas une situation isolée. Le gouvernement fédéral procède de la même manière : le 19 juin 2019, il déclarait l’urgence climatique au pays[5] et donnait, le lendemain, le feu vert à l’expansion du pipeline Trans Mountain.[6] / [7] On nous prend pour des tartes, des cons ou pour des Tim Bits en souhaitant que le message Instagram suffise à rendre le monde meilleur.

On semble être d’accord, la ville pourrait devenir plus verte et plus humaine. Idées concrètes : Moncton pourrait s’engager à se dé-stationner, elle pourrait nous dire que l’idée proposée par le département d’ingénierie n’ira pas de l’avant et elle pourrait sûrement interdire les « shows de boucanes » comme « The Nationals » et « The Atlanticade » qui viennent chaque année empester la ville de leurs fumées nauséabondes. Ces festivals de la pollution n’ont pas de place dans une ville qui se veut respectueuse de l’environnement. Et s’il n’y a pas de problème, pas de conflit existentiel à tenir de tels évènements, la ville pourrait inviter Greta Thunberg à être maître de cérémonie du défilé. On verra ce qui arrivera.

[1] Surface totale de Moncton: 142 053 298,760 mètres carrés
Surface totale de stationnement: 6 452 935,9 mètres carrés
Jean-Guy Leger, Transportation Coordinator, Ville de Moncton

[2] https://en.wikipedia.org/wiki/A_Pattern_Language

[3] La Ville de Moncton déclare l’urgence climatique
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1162020/moncton-urgence-changements-climatiques-effet-serre

[4] Moins de trottoirs à Moncton? Des aînés s’inquiètent
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1168060/trottoirs-reduction-enlevement-moncton-transport-marche-acadie

[5] Le gouvernement du Canada a officiellement déclaré l’urgence climatique au pays https://www.narcity.com/nouvelles/ca/le-gouvernement-du-canada-a-officiellement-declare-lurgence-climatique-au-pays

[6] https://www.bbc.com/news/world-us-canada-49804234

[7] Ottawa donne le feu vert à l’expansion du pipeline Trans Mountain
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1189941/oleoduc-trans-mountain-canada-alberta-colombie-britannique-petrole


Image Wikipedia: Benh LIEU SONG from Torcy, France – Bay 2 Parking
Parking lot outside of a shopping mall in Collégien, France, demonstrating the design of prioritizing spaces for cars over spaces for people.

Aug 1, 2019
admin

Contorsions (2019)

wall-wp-033577pr

J’ai toujours détesté le mot « incontournable ». C’est comme si le spectateur, le lecteur ou le citoyen voyageait sur la voie ferrée de sa vie et qu’il n’y avait aucun système d’aiguillage pour bifurquer, pour aller ailleurs. Ce mot est un train sans conducteur comme dans le film « Unstoppable » ou « À fond de train » comme on l’a connu au Québec. C’est un mot fataliste qui ne donne aucun choix, aucune possibilité d’action et de décision, et ce même si dans le film le héros arrive à stopper le maudit train. L’incontournable est un mur où l’on ne peut que s’écraser. La chose a déjà été approuvée, contrôlée, examinée, alors il ne reste qu’à foncer. Notre perception n’est qu’une formalité.

Le mot « incontournable » est un dérivé de « contourner », c’est-à-dire de faire le tour de quelque chose. Depuis plusieurs années, on l’utilise pour signifier une chose qu’on ne saurait ignorer. L’Académie française déconseille son utilisation et nous invite à utiliser d’autres mots comme « inévitable » ou encore « indispensable ». Mon aversion pour l’incontournable n’a rien à voir avec le bon usage prescrit par l’Académie. Mon problème c’est de ne pas avoir le choix. C’est de me faire dire que mon discernement, ma perception sont accessoires – que tout est dans le sac. Quelque part, je revendique mon droit à ignorer des choses, surtout si c’est une chose qu’on dit « incontournable ».

Et puis, quelle est cette idée saugrenue qu’une chose soit incontournable? Est-ce que nous sommes des oiseaux devant un miroir? Sommes-nous emprisonnés sous un bocal? N’avons-nous pas de petits marteaux dans le fond de nos poches pour cogner sur le mur de verre qui se dresse autour nous? Le filtre des commentateurs n’est pas une science, c’est un art subjectif et des fois le tir manque la cible, on a qu’à penser à Van Gogh, qui était à son époque très contournable et qui est devenu le plus grand des incontournables.

Image (Library of Congress):
DETAIL VIEW OF COURSING, SOUTH ELEVATION. LARGER ROCKS ARE SCRABBLED TO GIVE THE APPEARANCE OF A FINISHED SURFACE, LOOKING NORTH – Rock Wall, North side of Battle Creek Canyon, Shingletown, Shasta County, CA. Historic American Engineering Record: R P Waller, J H Strutt, Leon Bly David Maul, 1968.

https://www.loc.gov/resource/hhh.ca1756.photos/?sp=6

Jul 4, 2019
admin

Entre le salon et le spa (2019)

tuttle-1-wp
tuttle-2-wp

Mots clés : hantologie, mémoire, architecture

La mémoire humaine est une vraie passoire et quand cette mémoire est collective les trous peuvent être encore plus gros. Le magazine The Economist publiait récemment un article sur les crues centennales et il semblerait que la mémoire d’une inondation subsisterait le temps d’une génération. Après 25 ans, les habitants d’une région inondée auraient tendance à redescendre vers la plaine inondable. Après deux générations, on aurait reconstruit près des cours d’eau[1].

L’autre jour en marchant sur la rue Lutz à Moncton, j’ai remarqué qu’un spa s’était installé dans l’édifice Tuttle. Ce bâtiment construit en 1929 par les frères Tuttle a été à une certaine époque l’un des grands salons funéraires de la ville. Je me souviens d’avoir vu au début des années 80, de longs corbillards noirs stationnés sur cette rue. Les chauffeurs attendaient solennellement le cercueil et les pleureurs. Aujourd’hui, la tristesse a disparu, elle a été remplacée par la joie que procure ce nouveau type d’établissement aux clients qui aiment se faire dorloter. Je trouve quand même étrange qu’un spa puisse s’installer dans un ancien salon funéraire. C’est plus fort que moi. Le gouffre entre l’embaumement et le rajeunissement me semble impossible à combler. Il faudrait être un cascadeur de la trempe d’Evel Knievel pour aller de l’un à l’autre. Mais cascades mises à part, j’imagine qu’il est toujours possible de faire des rapprochements entre un salon et un spa. C’est vrai, tous les deux s’occupent du corps humain – un corps souvent étendu sur une table – et tous les deux tentent désespérément de repousser les avances du temps, mais…

Mon problème – ce qui m’empêche d’accepter aisément la transformation du lieu – en est un d’intensité. J’ai l’impression que l’aura qui enveloppait le salon devait être d’une telle puissance que sa lumière pourrait continuer d’exister dans le temps et même hanter l’édifice. Bref, que l’énergie du salon mortuaire est dix fois forte que la vigueur du spa !

Mais ce n’est pas le cas. La présence du spa est une preuve que les choses ont changée. Mon hésitation, j’en suis sûr maintenant, doit être ancrée dans ma propre mémoire, dans cette image de corbillards en attente dans cette petite rue monctonienne. Comme les sinistrés des crues centennales, je continue de prendre mes précautions, c’est tout. Il aura fallu attendre une ou deux générations pour que s’effiloche l’auréole d’énergie du salon et qu’on oublie son existence. Mine de rien, le temps avait redonné à l’édifice son innocence primordiale. Après avoir reçu un grand massage thérapeutique, il ouvrait ses portes à un monde nouveau.

[1] Memories of disaster fade fast, The Economist, Science and technology, 17 avril 2019
https://www.economist.com/science-and-technology/2019/04/17/memories-of-disaster-fade-fast

 

May 10, 2019
admin

Nous nous assurons que nos artistes ne manquent de rien (2019)

Capture d’écran 2019-05-09 à 15.48.37

Le journal L’Étoile publiait le 28 mars 2019 un article de Neil Hodge intitulé « Nous nous assurons que nos joueurs ne manquent de rien ». Cet article dévoile ce qui est au cœur du club de hockey les Wildcats à savoir le nombre de rondelles et de bâtons utilisés pendant la saison. J’ai été impressionné par l’ampleur de l’effort et je me suis dit que ça serait fantastique si les artistes de notre province étaient encadrés de la même manière. Je me suis donc inspiré de l’article de Neil Hodge en le transposant dans un contexte artistique.

Merci aux artistes Luc Charette et Marc Cyr d’avoir bien voulu prêter leur nom pour simuler les commentaires des joueurs des Wildcats. Merci également à Neil Hodge qui a écrit l’article et a inspiré ce projet.

Bonne lecture !

Dec 5, 2016
admin

Gotlib (2016)

Autoportrait de Gotlib pour la couverture de Rubrique-à-brac Tome 4, Dargaud, 1973

Autoportrait de Gotlib pour la couverture de Rubrique-à-brac Tome 4, Dargaud, 1973

En 1971, j’ai découvert la série de livres Rubrique-à-brac. Ç’a été un évènement catalyseur qui m’a initié à l’humour absurde, caustique et fantaisiste de Gotlib, mais qui m’a aussi fait découvrir le monde où je vivais. J’habitais Lévis et je savais – je ne sais plus comment, mais je l’avais su – que les livres de Gotlib étaient en vente à la librairie Archambault dans le Vieux-Québec (à l’époque située sur la rue St-Jean). Je partais de chez moi avec l’argent que j’avais gagné à livrer les journaux à domicile et je me rendais au traversier pour aller à Québec. De là, je montais jusqu’à la librairie. La route qui menait vers le rire était parsemée d’inconnu et de surprises et chaque fois que j’achetais un nouveau tome le monde entier m’apparaissait plus éclatant. Gotlib m’a fait découvrir un humour « glacé et sophistiqué » comme il le disait si bien et m’a fait explorateur de la vie. Merci Marcel Gotlib !

 

 

 

 

Aug 24, 2016
admin

Le modèle et la copie (2016)

bust-of-lord-elgin2

Le simulacre n’est jamais ce qui cache la vérité – c’est la vérité qui cache qu’il n’y en a pas.
Jean Baudrillard

Je croyais que Chirac était du marbre dont on fait les statues.
En réalité il est de la faïence dont on fait les bidets.
Marie-France Garaud

L’hôtel Lord Elgin d’Ottawa a été nommé en l’honneur de James Bruce, le 8e comte d’Elgin, gouverneur général du Canada-Uni de 1847 à 1854. Dans une alcôve du hall d’entrée de l’hôtel, on a placé un buste en son honneur. Comme j’aime toucher à tout, j’ai tapé sur sa tête et j’ai été surpris de constater que l’homme n’était pas fait en marbre, mais en fibre de verre! Je me disais qu’on avait dû mettre l’original en lieu sûr, que ce faux marbre n’était là que pour des questions d’assurances ou de nettoyage. Peu importe la raison, son état révélait un lien de filiation des plus intéressant.

Le père de James s’appelait Thomas Bruce, c’était un aristocrate et un homme militaire qui portait plusieurs titres dont celui de 7e compte d’Elgin. Au début du 19e siècle, il était ambassadeur britannique à Constantinople, la capitale de l’Empire ottoman. La Grèce qu’on disait « ottomane » à l’époque faisait partie de l’empire et l’ambassadeur, qui avait une fascination toute particulière pour la Grèce, parcourait son territoire comme un véritable golden retriever. La pie voleuse plénipotentiaire, grande receleuse, a enlevé de l’Acropole d’Athènes des centaines de statues et les a vendus au British Museum. Parmi son butin, il y avait 12 statues des frontons, 156 plaques de la frise et 13 métopes; la frise du temple d’Athéna Niké et une cariatide de l’Érechthéion! Ces marbres qu’on appelle maintenant les Marbres d’Elgin (comme quoi le crime paie, et ce même si le 7e comte a vendu le matériel à perte) constituent aujourd’hui l’une des pièces maîtresses du musée britannique. La Grèce réclame depuis longtemps le rapatriement des marbres, mais le musée a toujours prétendu être le gardien du patrimoine culturel de l’humanité et n’a jamais accepté de les rendre.

Notre illustre gouverneur général, grand administrateur colonial, avait un pedigree des plus impressionnants, son beau-père n’était nul autre que John George Lambton, 1er comte de Durham, l’auteur du terrifiant Rapport Durham et son père, on l’a vu, était un statuomaniaque international. Notre comte n’est toutefois pas en reste; il a été vice-roi des Indes et a laissé sa marque sur la scène internationale en ordonnant, durant la seconde guerre de l’opium, la destruction du Palais d’été, jardin impérial de Pékin. Quoi qu’il en soit, la statue du fils en fibre de verre qui siège aujourd’hui à l’hôtel semble être la conséquence d’une certaine justice immanente, comme si le fils payait en substance les crimes de son père. Ce qui est plus drôle, c’est qu’en tapant sur le buste, il sonne creux comme pour nous rappeler que l’Histoire n’est pas aussi pleine qu’elle le clame.

Daniel H. Dugas
le 22 août 2016

Notes

Le point de vue du musée britannique :
The Parthenon Sculptures, The British Museum

Le point de vue du gouvernement grecque :
Demands of the Greek government

Pour un exposé favorable des politiques de Lord Elgin, voir : The voice of the people “Lord Elgin” (N.F.B. 1959)

Pages:123»

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel H. Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Everglades, coécrit avec Valerie LeBlanc, vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel H. Dugas is a poet, musician, and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His tenth book of poetry, co-written with Valerie LeBlanc, Everglades has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Everglades
À partir de leur exploration du parc national des Everglades, Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc cartographient dans cet essai poétique les effets de la présence humaine sur le milieu naturel, les traces qu’elle y dépose. Everglades est une ode à la beauté, à la fragilité et à la résilience d’une nature aux prises avec une espèce envahissante, la nôtre.

Everglades
Through their exploration of the Everglades National Park, Daniel H. Dugas and Valerie LeBlanc document, in this poetic collection, the effects of human presence in the natural world and the traces left behind. Everglades is an ode to the beauty, the fragility and the resilience of nature faced with the invasiveness of a particular species, ours.

Date : Mars 2018
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782897441029
Français/English

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=1148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest