Browsing articles in "commentaire"
Jun 16, 2015
admin

Une amende est une amende est une amende (2015)

Ne voyez-vous pas que le véritable but du Novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? À la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. Winston Syme, 1984

dc_AmendePositive02

Un article paru récemment dans l’Acadie Nouvelle a retenu mon attention. Le journal nous informe « qu’au cours de l’été, la GRC va remettre des billets de “contravention” à ceux qui font preuve d’un comportement exemplaire et sécuritaire ». Cette initiative, présentée par la ville de Tracadie, la Santé publique et la GRC récompense le comportement positif d’un jeune ou même d’un adulte en leur donnant des « amendes positives »[1].

Mais quelle est cette histoire ? On ne remettrait pas des récompenses négatives, ça ne ferait pas de sens. C’est pourtant ce qu’on dit dans le journal que les amendes sont des récompenses, alors pourquoi ne pas l’écrire sur la bannière ?

L’idée de détourner quelque chose de sa vraie nature (le mot « amende » signifie « peine pécuniaire infligée pour une infraction », pour en faire quelque chose de positif est une idée tordue. C’est foutre le bordel dans la tête des enfants — qu’on voulait au départ protéger avec des casques de vélo — que de leur enseigner des concepts erronés. Qu’une amende soit quelque chose de favorable, c’est tenter de nous faire croire que la nuit est en fait le jour. Il existe dans le novlangue, une langue inventée par Orwell pour son roman 1984, des mots trompeurs qui ont changé de sens et qui signifient le contraire de ce qu’ils exprimaient auparavant. Sommes-nous en présence d’un cas classique de doublepensée ?[2]

Et puis, comment en est-on arrivé là ? Est-ce qu’à force de porter le carcan de la Sécurité nationale nous avons perdu la capacité de détecter ce qui est vrai et ce qui est faux ? Si une amende est une chose positive, est-ce que la perte des libertés civiles l’est aussi ? Est-ce que la folie dystopique de la Sécurité nationale nous a poussés aux confins de l’absurde où la raison n’a plus de raison d’être ?

Le 8 juin 2015


[1] Acadie Nouvelle, Des amendes positives à Tracadie, David Caron.

http://www.acadienouvelle.com/actualites/2015/06/08/des-amendes-positives-a-tracadie/ : [en ligne], consulté le 8 juin 2015.

[2] Le mot clef ici est “noirblanc”. Ce mot, comme beaucoup de mots novlangue, a deux sens contradictoires. Appliqué à un adversaire, il désigne l’habitude de prétendre avec impudence que le noir est blanc, contrairement aux faits évidents. Appliqué à un membre du Parti, il désigne la volonté loyale de dire que le noir est blanc, quand la discipline du Parti l’exige. Mais il désigne aussi l’aptitude à croire que le noir est blanc, et, plus, à savoir que le noir est blanc, et à oublier que l’on n’a jamais cru autre chose. Cette aptitude exige un continuel changement du passé, que rend possible le système mental qui réellement embrasse tout le reste et qui est connu en novlangue sous le nom de “doublepensée”. George Orwell, 1984, Chapitre 9, 1948.

 

Apr 28, 2015
admin

Text(e) Image Beat – talks (2015)

GSN-TALK-web-front-pageGSN-TALK-web-daniel

On April 28, Valerie LeBlanc and I each gave a talk at the Galerie Sans Nom during the Frye Festival.

 

pdf Text(e) Image Beat talks given through the Galerie Sans Nom and the Frye Festival, (pdf 2mb)

Apr 15, 2015
admin
Enter your password to view comments.

Protected: RENCONTRE DU TEXTE ET DE L’IMAGE DANS L’ŒUVRE DE THEODORE DE BRY : perspective d’analyse de données textuelles (2015)

This content is password protected. To view it please enter your password below:

Aug 26, 2014
admin

Home of the New Balance: Nota bene (2014)

rogers-with-logo

Let us never negotiate out of fear. But let us never fear to negotiate.
John F. Kennedy, Inaugural speech, January 20, 1961

Everyone knows it; the province of New Brunswick is in dire straits. The Auditor General, Kim MacPherson, describes the debt problem as “very concerning” and is calling for “significant changes to improve the financial health” of the province.[1] Every four years, the election cycle kicks in; electoral signs pop up everywhere and talking heads reveal their latest strategies to resolve the ever-growing debt problem. The best plan of action for many is to encourage gas exploration by means of hydraulic fracturing. Many are opposed. We know details of the proposed scenario, but never the whole story. What I would like to propose here is another way of resolving this lingering problem.

Sao Paulo, the 4th largest urban area in the world, believes that prohibiting advertising such as outdoor posters will free its citizens, the province of New Brunswick, the 8th smallest province in Canada, could certainly take example from this South American city and do exactly the opposite.[2] Let’s give advertisers what they are denied in Brazil: a world of total advertisement! We need to surrender, to abandon not only the sides of our roads and of our buildings but our very own nomenclature! We need to become somebody else! We need to BECOME THE SPONSORS! The idea is not new; other places have traded their souls before. In 1999, the village of Halfway, Oregon, changed its name to Half.com for a one-year period in accordance to a contract with the eBay subsidiary. In 2005, the town of Clark, Texas changed its name to DISH. In return the company DISH Network awarded DISH residents free cable service and programming for a period of 10 years. This lease is expiring very soon and if logic prevails, that little town’s name could switch to Netflix in the future.

What has never been done is what New Brunswick could try now, a systemic change of names. The names of all villages and towns, all roads, all monuments, all public buildings, even the name of the province would be on the shopping block. There are many ‘naturals’, names of company that could fit with existing communities. Through a sponsorship agreement with the communications and media company, the well known Rogersville could become Rogers. By adding an S to the town of Bailey in Sunbury County, they could probably make a deal with Gilbeys of Ireland, makers of the famous Baileys Irish Cream. Bay du Vin, on the south shore of Miramichi Bay, would certainly attract the interests of any number of wine makers. The little rural community of Burton could stay the same as long as Burton Snowboards get on board, so to speak. Add Tyres to Dunlop in Gloucester County and you get Dunlop Tyres. Popelogan Depot, an unincorporated community in Restigouche County could drop the Popelogan for Home and become Home Depot, and so on. As far as the name ‘New Brunswick’ goes, the footwear manufacturer New Balance seems to have the ideal credentials to take the big prize, in exchange for lots of royalties for NBers. Their logo is already a match with the current abbreviation of our province. On the other hand, settlements like Big Hole in Northumberland County and Baghdad near Grand Lake might have to be rebranded altogether. But imagine if there was a town called Sony, Irving or IBM. For one, the locals would have interesting demonyms. The IBMminions could even sing songs from their parent benefactor. The collection: Songs of The I.B.M. published in 1931 includes Painting the clouds with sunshine by J. P. Saxton:

We don’t pretend we’re gay.
We always feel that way,
Because we’re filling the world with sunshine.
With I.B.M. machines,
We’ve got the finest means,
For brightly painting the clouds with sunshine.
Records we make only to break,
Teaching the whole world we know
I.B.M.’s line, will all the time,
Help it to grow.
When things do not look right,
Our products make them right,
And keep on painting the clouds with sunshine.[3]

This grand project would not only redefine our onomastic landscape, it would also create a boom on employment: the lawyers, of course; the signage industry; the mapmakers and souvenir shops, would all be working overtime. But that’s not all; an underground network of hard-core genealogists unhappy with all of the changes could rise in every corner of the province of New Balance. Members of these cells would try to keep the old ways alive. It would be foolish to try to crush them. Au contraire, they should be encouraged, even if we have to create historical parks of taxonomy. Le Pays de la Sagouine and King’s Landing are two obvious models for this new world of ours. As for the sets of names to be sold, they would be auctioned to the highest bidder and would be legally binding according to the agreements drawn up by the province’s lawyers. With this plan, I truly believe that we could be out of debt in no time. If the DISH people, with the weight of all of their 201 citizens, got free cable for ten years, imagine what we could negotiate right here!

Daniel Dugas
Aug 23, 2014

P.S. Speaking words and marketing, we all recall the heated debate surrounding the slogan on New Brunswick’s licence plates: Be… In this place – Être… ici on le peut. As we know the slogan was discarded. The funny thing is that the province of New Brunswick was standing right in front of it’s very own slogan, a phrase that spells it’s own name, and on top of it all: a phrase that could be read in both official languages. This silver bullet is the Latin expression Nota bene, a phrase that means, “note well” and is often abbreviated as N.B. in English and N. B. in French. Sometimes ideas are sitting in front of us and only need only be picked up.

 

Part 2:
Spem reduxit / Hope restored (2014)

 

___________________________________________
[1] Auditor General troubled by debt growth, http://www.cbc.ca/news/canada/new-brunswick/auditor-general-troubled-by-debt-growth-1.2451996

[2] The city of Sao Paulo promulgated in 2006 the Cidada Limpa (Clean City Law) banning all outdoor advertising. The text stipulates that every citizen has a right to live in a city that respects the urban space, heritage and architectural integrity of the buildings. http://ww2.prefeitura.sp.gov.br/cidadelimpa/conheca_lei/conheca_lei.html

[3] Songs of The I.B.M. Fellowship Songs of International Business Machines Corporation, 270 Broadway, New York, N. Y. 1937. Painting the clouds with sunshine, p.14. http://www.robweir.com/blog/attachments/songs-of-the-ibm.pdf

May 5, 2014
admin

Videopoetry (2014)

For me, the poetic experience has always been a visual experience. Although videopoetry is often a collaborative process between a poet and a filmmaker, it is for me, most of the time, one continuous action. When I started to write poetry I also started to experiment with super 8 and creating live soundtracks for the reels. The blend of text, image and music seemed a natural transaction between mediums. But it is not only a back and forth movement between words, images and sounds, the action quickly becomes a passage to discover something new, to unearth a unique presence. We know now that the lines between mediums are fragile, that the walls are now porous and we are thankful for this evolution. We can travel from one genre into another to try to make sense of the whole world. Video poetry sits at the juncture of oral tradition, typography and vibrations: a fork in the road. It sometimes tells a story through words (narrative-poetry) and at other times, through moving images (non-linear abstraction). In spite of the fact that videopoetry always shows with a red wavy underlines in Microsoft Word, it is not an error. It is a form a comprehension. It is a good road to travel.

wwtwu-videopoetry3

Still from What We Take With Us at The New Gallery (2012) Video installation with Valerie LeBlanc

Jul 12, 2013
admin

IDENTICUS (2013)

3exemple

Mots clés : marketing, atavisme, design, mèmes

Les images qu’on nous propose se ressemblent toutes, elles ont quelque chose de familier, des traits communs. C’est tellement étonnant qu’on pourrait penser que l’ensemble du patrimoine visuel est créé par une seule et même personne. Atavisme vient à l’esprit, mais est-ce possible? D’où vient donc cette profusion de pieuvres, de lapins, de fantômes ou de chevelus géants qui envahissent toutes les surfaces, tous les écrans de notre monde moderne? Quel est le dessein de toutes ces ressemblances? Est-ce que ces images sont apparues simultanément comme des représentations emblématiques de ce que nous sommes, comme des vérités impossibles à écarter ou sont-elles des inventions mercatiques? Est-ce que l’universalité qui les imprègne est une faim qui les force à dévorer tout ce qui pourrait les mettre en danger, tout ce qui nous entoure?

Nous sommes devenus, grâce aux agences de marketing, un seul et unique souffle, un seul geste, mus par le même désir et le même rêve. Et c’est toujours le même geste, le même discours, la même idée qui passe devant et repasse derrière. Le sentiment d’avoir déjà vu, d’avoir déjà compris renforce non seulement notre dépendance et notre attirance vers l’objet, mais aussi notre joie d’exister dans l’objet. C’est ce qu’on appelle un développement continu des sentiments ou plus communément : un courant. L’eau passe devant nous et nous emporte jusqu’au bas de la vallée puis dans l’océan. Et nous voilà tous réunis dans cette grande mêmeté [1], dans cette étrange solitude d’être ensemble, où la suite des idées impose béatement ses variations. Un naufrage dans deux gouttes d’eau.

Combien de fois allons-nous nous retrouver devant la même illustration, devant le même design, le même site web avant de suspecter la noyade ou l’étranglement?

Daniel Dugas
Le 12 juillet 2013

 


 
Illustration ci-dessus, de gauche à droite : annonce de iPad, Sydney Au, (juin 2013), My Dream de Josh Holinaty et The Tar Pit Creature d’Alex Mathers.
 
Voir aussi les illustrations ci-dessous, de gauche à droite, image de la bande-annonce ‘The River Eats’ de Justin Shoulder publiée en 2013 dans le magazine ‘Real Time 115-33′ à côté de l’image de Matthew Barney dans le rôle de l’apprenti dans la série de films ‘Cremaster Cycle’ (1994–2002) ainsi que l’image des fantômes et les ‘Happy Faces’ de Luke George qui a été publiée dans le même magazine et qui est ici juxtaposée avec les fantômes d’Olaf Breuning (2004) :

barney-other-guy

olaf-other-guy-web

[1] D’après le Littré, Mêmeté est un mot qui a été proposé par Voltaire en place du mot scientifique identité, mais qui n’a pu s’établir. Je l’utilise plutôt dans le sens de mémétique. Voir memetique.org: Mème (Dictionnaire d’Oxford) : élément d’une culture susceptible d’être transmis par des moyens non génétiques, notamment l’imitation.

 

Nov 15, 2012
admin

Hélas ! Atlas !

english version here

Brume et réalité ! nuée et mappemonde !
Victor HUGO

KEYWORDS : visualisation, cartographie, cartogramme, Facebook, élection présidentielle 2012, Amérique violette

Récemment, en ouvrant mon compte Facebook, j’ai vu une image composée de deux cartes géographiques des États-Unis. La première carte illustrait les résultats des récentes présidentielles américaines [1]. On y voyait en bleu les états qui avaient voté pour les démocrates et en rouge les états républicains. La deuxième carte, datée de 1846, était une représentation des états abolitionnistes et esclavagistes avant le début de la guerre civile américaine.

Ce qui frappait au premier coup d’œil était l’apparente similarité des deux cartes, on aurait dit que la distribution des forces politiques était la même. Les états et les territoires abolitionnistes de 1846 correspondaient plus ou moins aux états démocratiques de 2012 alors que les états et territoires esclavagistes se retrouvaient dans le camp des gains républicains. L’effet était si prenant que j’ai immédiatement partagé l’image. Ce commentaire cartographique de Michelle Lawrence était accompagné de deux petites phrases : “Sometimes change is really hard especially when people don’t want to change. Just something to ponder.”

Effectivement, en examinant les deux cartes on a bien l’impression que rien n’a changé. Bref, comme le dit l’adage, plus ça change, plus c’est pareil.

Il y a dans les cartes géographiques quelque chose qui inspire le respect, un air de vérité, d’authenticité. Il est difficile de mettre en doute le réel proposé par une carte, c’est peut-être parce que nous une confiance cartographique innée. Quoi qu’il en soit, j’étais là devant cette image terrifiante d’un monde immuable, déçu d’avoir fait un si long voyage pour finalement être revenu au point de départ. Après quelques minutes, mon enthousiasme à partager s’est vite transformé en interrogation. Quel était le réel qui s’étalait devant moi ? Est-ce que le monde d’aujourd’hui est le même que celui d’hier ?

Afin de remettre le tout dans un contexte historique et de voir si l’électorat américain avait changé de position au fil du temps, je me suis mis à penser à d’autres élections présidentielles. Le raz-de-marée conservateur de Ronald Reagan de 1984 me revenait à l’esprit. Ce fut une victoire décisive des conservateurs qui n’avait épargné que le Minnesota et Washington, D.C. À l’autre bout du spectrum, il y a l’élection de 1936 où Franklin D. Roosevelt fut réélu triomphalement ne laissant aux républicains que deux petits états, le Maine et le Vermont. L’élection de Jimmy Carter en 1976 plaçait dans le camp démocrate tous les états du sud souvent associés aux républicains — une carte étrange, très différente de celle de 2012. [2]

J’avais de la difficulté à concilier toutes ces nouvelles cartes géographiques à ce discours d’immuabilité politique sous-tendu par la première image. Est-ce que les choses avaient ou n’avaient pas changées ? En regardant les résultats d’anciennes élections présidentielles, il est évident qu’il y a eu de nombreux changements, progressistes et conservateurs. Le problème avec le commentaire de Michelle Lawrence c’est qu’il est réducteur et racoleur et la difficulté de réconcilier ce qui est vu et ce qui est dit réside en partie dans l’utilisation de cartes qui ne parlent pas de la même chose. En nous présentant des images qui se ressemblent, elle nous offre une vision simplifiée du passé et du présent. Une vision tronquée, presque truquée de la réalité. On parle abondamment de l’Amérique polarisée et cette image vient soudainement témoigner de cette division. Si c’est la diversité du vote aux États-Unis qui nous intéresse, il faudrait, pour avoir une meilleure vue d’ensemble, consulter les cartes de l’Amérique violette (Purple America) [3] ou encore la surprenante série de cartogrammes des résultats des élections présidentielles de 2012 réalisée par Mark Newman de l’Université du Michigan. [4]

Cartogramme des élections présidentielles étatsuniennes-comté par comté, Mark Newman

Mais voilà, c’était fait, je venais, dans un élan d’enthousiasme irréfléchi (comme c’est souvent le cas sur internet), rejoindre 45 000 autres utilisateurs de Facebook qui venaient eux aussi de partager le commentaire. La proposition visuelle des deux images juxtaposée semblait de prime à bord offrir une synthèse éloquente, mais en fin de compte nous avons tous été dupés. Le raccourci n’était pas un piège, ce n’était qu’un cul-de-sac.

Daniel Dugas
12 novembre 2012

Notes
[1] Compte Facebook Michelle Lawrence, 10 novembre, 2012
http://www.facebook.com/michelle.lawrence.92754
[2] Le site internet 270 to win  offre des cartes interactives de toutes les élections présidentielles depuis 1789. Afin de remettre les cartes dans leur contexte, on dresse une liste des grandes questions de l’actualité de l’époque. http://www.270towin.com/ 10 novembre 2012
[3] Robert J. Vanderbei, Election 2004 Results: http://www.princeton.edu/~rvdb/JAVA/election2004/ 10 novembre 2012
[4] Mark Newman, Department of Physics and Center for the Study of Complex Systems, Maps of the 2012 US presidential election results : http://www-personal.umich.edu/~mejn/election/2012/
voir aussi : 2012 U.S. Election Visualizations, Christopher G. Healey, Department of Computer Science, North Carolina State University http://www.csc.ncsu.edu/faculty/healey/US_election/

 

Sep 27, 2012
admin

Une Chance (2012)

Ce texte a été écrit dans le cadre des consultations publiques du Renouvellement de la politique culturelle 2012 au Nouveau-Brunswick.

————————————————————————————————————————————–

Un artiste ne peut attendre aucune aide de ses pairs.
Jean Cocteau

Les artistes sont les juges compétents de l’art, il est vrai, mais ces juges compétents sont presque toujours corrompus. Un excellent critique serait un artiste qui aurait beaucoup de science et de goût, sans préjugés et sans envie. Cela est difficile à trouver.
Voltaire

Si ces deux citations évoquent un certain malaise, la situation actuelle de l’artiste et de l’art pourrait être beaucoup plus sérieuse qu’on ne le pense. Les arts, quoiqu’on en dise, ne sont pas nécessaires à la survie de l’humanité. Ils sont peut-être indispensables à la survie de certains individus, j’en conviens et j’en suis un pour qui l’importance de l’art est essentielle, mais l’humanité est très peuplée. On se rappellera que les arts et la créativité se trouvent au sommet de la fameuse pyramide des besoins d’Abraham Maslow [1], si le sommet est une position enviable, la vue y est très belle, c’est malheureusement la représentation du besoin le moins pressant à combler. L’art semble être au-dessus, mais se trouve derrière les besoins d’appartenance, les besoins de sécurité du corps et de l’emploi, derrière les besoins physiologiques; manger, boire, dormir, respirer. Cette affirmation peut sembler cruelle, surtout pour les artistes qui persistent à créer contre vents et marées, mais elle reflète une cruelle vérité.

La beauté de la chose et la difficulté de la chose, c’est que les artistes feront ce qu’ils ou elles pensent devoir faire. On parle de vocations, de penchant impérieux qu’un individu ressent pour une profession. Quoi qu’on en dise, un artiste n’est pas comme un agent d’assurances, un analyste financier, un anthropologue, un anesthésiste réanimateur, un archéologue, un avocat, un cardiologue, un charcutier, un chef cuisinier, un concierge, un conseiller en toxicomanie, un démographe, un dentiste, un dynamiteur, un directeur du marketing, un économiste, un électricien, un facteur, un géologue, un historien de l’art, un infirmier, un ingénieur minier, un journaliste, un linguiste, un mathématicien, un négociateur en bourse, un pharmacien, un sapeur, un technicien en construction aéronautique, un téléphoniste, un traducteur ou un zoologiste. L’artiste est le seul qui soit prêt à faire son devoir sans rémunération. Personne d’autre n’est prêt à commettre une telle bêtise, aucune autre profession n’offre ça.

Il n’y a pas si longtemps un artiste qui exposait son travail dans une galerie s’attendait à recevoir un cachet CARFAC pour sa participation [2]. Ce temps est révolu, et ce même s’il y a une campagne publicitaire qui circule sur la toile et qui trompette : Je suis un artiste, ça ne veut pas dire que je travaille gratuitement. La fanfare perd un peu d’ardeur lorsqu’on réalise qu’en octobre 2011 la campagne de réélection de Barack Obama lançait un appel d’offres invitant des graphistes à faire don de leurs dessins pour une affiche [3]. Il y a de plus en plus d’artistes qui sortent des écoles d’art, toujours plus nombreuses, de plus en plus de demandes de bourses, d’expositions, de plus en plus d’effervescence. Ce bouillonnement d’activités coïncide avec l’émergence d’une nouvelle sensibilité de partage; on n’a qu’à penser aux conditions de réutilisation ou de distribution d’œuvres, établies par Creative Commons [4] ou encore le phénomène de l’externalisation ouverte (crowdsourcing) [5] . Dans le fond tout ça c’est excellent, le problème c’est que les administrations ne vont pas toujours au même rythme que les administrés. Comment rationaliser, comprendre d’une manière cohérente et logique la dynamique de développement d’un centre d’artiste autogéré qui reçoit plus de 200 demandes par année alors qu’il n’offre que 3 expositions ! Quelles sont les possibilités qui s’offrent aux artistes émergents ou encore à ceux et celles qui réémergent ? Nous vivons dans une société de concurrence et les arts font face à la même musique, à la même folie. La réalité, c’est qu’un artiste est maintenant heureux, bienheureux de participer à un événement, de faire partie d’une exposition, et ce même s’il n’y a pas de cachet, car on le sait maintenant, l’invisibilité tue.

Que peut-on faire devant une telle réalité ? Investir plus d’argent dans les arts ? Sûrement, c’est une solution, mais là n’est l’objet de mon intervention. Ce que j’aimerais suggérer ici, ce n’est pas une augmentation des budgets, c’est l’introduction d’un élément de flexibilité, de spontanéité dans le lourd appareil bureaucratique de l’administration des arts. Pour ceux et celles qui ont participé à un jury ou pour les agents des Conseils des Arts, il est évident que ce n’est pas toutes les bonnes demandes qui reçoivent des bourses. Il est toujours malheureux, en fait déchirant, de voir des projets de très grandes qualités tomber dans l’oubli et la négation. La solution que je propose est la suivante : que les Conseils des Arts réservent un pourcentage du budget total d’un jury, d’une compétition ou d’un programme, disons par exemple de 5 % d’un budget de 140,000 $ (7,000 $) et qu’ils procèdent à un tirage au sort avec les demandes qui se sont distinguées, mais qui n’auraient pas reçu de bourse. Cette façon de procéder ne réglerait pas tous les problèmes qui existent, mais donnerait la chance à quelqu’un qui n’en aurait pas eu. Cette chance me semble être quelque chose d’essentiel. Cocteau et Voltaire l’ont bien remarqué. Si les artistes ne peuvent pas toujours compter sur leurs pairs pour les aider, le hasard pourrait s’en charger.

Daniel Dugas
Moncton, 26 septembre 2012

Daniel Dugas porte plusieurs chapeaux, une calotte de poète, un bonnet de vidéaste, une casquette de musicien et un feutre de graphiste. Son travail est visible à www.daniel.basicbruegel.com

 

[1] Site officiel de Abraham Maslow: http://www.maslow.com/
Wikipédia Abraham Maslow: http://fr.wikipedia.org/wiki/Abraham_Maslow
[2] CARFAC: http://www.carfac.ca/
[3] Rolling Stone Magazine, TIM DICKINSON, Obama Solicits Designers to Work – Unpaid – on … Jobs Poster! http://www.rollingstone.com/politics/blogs/national-affairs/obama-solicits-designers-to-work-unpaid-on-jobs-poster-20111019
Voir, Art Works a poster contest to support American Jobs : https://my.barackobama.com/page/s/artworks-submission
Voir, Design for Obama: http://designforobama.org
[4] Creative Commons: http://creativecommons.org/
[5] Externalisation ouverte : Pratique qui consiste pour une organisation à externaliser une activité, par l’entremise d’un site Web, en faisant appel à la créativité, à l’intelligence et au savoir-faire de la communauté des internautes, pour créer du contenu, développer une idée, résoudre un problème ou réaliser un projet innovant, et ce, à moindre coût. Office québécois de la langue française, 2010

 

Jul 8, 2012
admin

Soundbury – Commentaire par Thierry Bissonnette

Soundbury
Thierry Bissonnette

Soundbury
Thierry Bissonnette

Français
Daniel Dugas et Valérie LeBlanc se sont faits chasseurs ­cueilleurs sonores lors de la foire d’art sudburoise. Ces artistes de Moncton ont déambulé parmi les activités de la FAAS 2010 afin de prélever des séquences qui formeraient Soundbury, une collection en ligne de moments audio qui livre leur vision singulière d’une période effervescente sous la forme d’une «cartographie sonore de Sudbury».

Durant douze heures, Dugas et LeBlanc ont promené leurs micros pour capter des moments témoins de leur dialogue silencieux avec une ville et des artistes qui l’animaient. Ces moments sont fortuits, discrets, hétéroclites : un ruban adhésif qui flotte au vent, un tenancier qui réfléchit sur le retour tardif de la neige, un commentaire sur des bonhommes de neige intempestifs, un homme qui fait rouler son chariot sur le pavé de la rue Elgin, un poème énoncé dans une chambre d’hôtel, l’attente près des portes de la galerie d’art, l’essai de guitares dans une boutique… Affichées progressivement sur le site Web et représentées par une photo et une rubrique, ces séquences sonores naviguent entre l’art et le non-art apparents.

L’imaginaire de l’objet, du sujet et du récepteur sont inhérents à ces fragments sonores. Car si Soundbury a fouillé la ville pour y trouver des bouts d’âme, sa structure n’est complétée que par l’auditeur qui s’engage à composer un parcours. Ce faisant, on crée et on explore une ville miniature qui n’existe que dans l’ouïe, le temps d’une visite en diagonale.

English
Arriving from Moncton, Daniel Dugas and Valerie LeBlanc became hunter-gatherers of sounds during Sudbury’s alternative arts festival. Drawing from their rich background in online projects and exhibitions – he is a poet, she is a professor, and both are videographers – they meandered through the activities of the FAAS 2010 to capture audio clips that would eventually provide raw material for Soundbury, a collection of moments in sound expressing their particular vision of an effervescent time.

Soundbury can now be heard in its entirety on the site http://soundbury.wordpress.com. Its creators describe it as “a sonic cartography project, an audible image of the city of Sudbury” Over a twelve hour period, Dugas and Leblanc pointed their microphones at key moments that witnessed their silent dialogue with a city that was teeming with artists and writers, but also with the city’s more discrete aspects. This affinity for dialogue is also evident in the title of Daniel Dugas’ book of poetry, Hé!, which had recently been published by Prise de parole. Chance encounters often produce this familiar and fabulous exclamation.

As they brought back a number of short-lived moments, the two artists constructed a mish-mashed intersection that nonetheless bears their signature at its vanishing point. Thirty rubrics, each one introducing one or two sequences, were gradually uploaded onto the site. Today, they can be heard in the reverse order or in a non-numerical order. A visiting ear can wander as it pleases, starting with the final clip where trains pass by in the night, moving on to a moment captured at Peddler’s Pub on Cedar Street, or pausing by a ventilation outlet behind Durham Street, before opening a small window on the performances of Tania Lukin or Thierry Marceau. A strip of adhesive tape flutters in the wind; a tenant reflects on the unseasonal snowfall; someone comments on untimely snowmen; a man pushes a buggy over pavement on Elgin Street; a poem is read in a hotel room; patrons wait outside the art gallery; guitars are strummed in a music store… all these clips, each one represented by a still photo, plot a course between art and apparent non-art. Should a listener be so inclined, more than one clip can be heard simultaneously.

As we sift through this collection, we realize ever more clearly how these brief fragments combine the imagery of their objects, subjects and receivers. Soundbury tunneled into a city to find flecks of its soul, but its structure is not complete until the listener has recomposed its trajectory and created a miniature city that exists only in the vibrations of eardrums and in the moments of a visit in passing.

For a general overview of the experience, visit http://soundbury.wordpress.com/google-map/, where a map indicates all the places where audio samples were obtained. A click on a mark displays the corresponding title and still image, and the audio sequence can be played. The result is an unusual map that can be used to discover downtown Sudbury, thanks to two generous artists from New Brunswick.

Hors Lieux
Une Rétrospective de la foire d’art alternatif de Sudbury 2010,
Français : p 23
English: p 61-62
La Galerie du Nouvel-Ontario

ISBN 978-2-923024-51-6

Pages:«1234»

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel H. Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Son treizième recueil de poésie « émoji, etc. » / « emoji, etc. » vient de paraître aux Éditions Basic Bruegel.

Daniel H. Dugas is a poet, musician, and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico, and Australia. His thirteenth book of poetry, 'émoji, etc.' / 'emoji, etc.' has been published by the Éditions Basic Bruegel Editions.

Date : Mars / March 2022
Genre : Poésie / Poetry
Français / English

émoji, etc. / emoji, etc.

Date: Mai / May 2022
Genre: Vidéopoésie/Videopoetry
Français/English

Fundy

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest