Browsing articles in "vidéo"
Dec 21, 2016
admin

IN KISII (2016)

In Kisii is a poetic voyage through Kisii town, Kenya. From the still image of a truck stopped on the curbside of the bustling city, images from three moments in time rise to the surface.

This video was realized following participation in the Kistrech Poetry Festival.

Dec 1, 2016
admin

5th International Video Poetry Festival – program (2016)

5th International Video Poetry Festival
55 VIDEO ARTISTS & POETS FROM 21 COUNTRIES
6 HOURS SHOW
SATURDAY10/12 STARTS 20.00

GREECE
H. Bozini + P. Papadopoulos | Th. Panou | Y. Deliveis
F. Averbach (Void Network) T. Kapouranis | A. Chatziioannidi
Ch. Sakellaridis | V. Velli | Y. Lianos (Lokatola Collective)
S. Oikonomidis |Demi Sam (Group Avgo) | K. Shabanova

THAILAND
R. Nurfarida

INDIA
S. Singh

MEXICO
P. R. Aranda | C. Bustamante

AUSTRIA
V. Sebert

VENEZUELA
A. M. Giner

BOLIVIA
L. Sellars

SOUTH KOREA
F. Harvor

ARMENIA
E. Boghosian

IRAN
M. Fathollahi

CANADA
S. Otter | M. Depatie | V. LeBlanc | D. H. Dugas

GERMANY
S. Wiegner

ITALY
P. Chiesa-S. Cinematografica
F. Gironi+G. Daverio | F. Bonfatti

ENGLAND
D. Douglas | C. Cameron | B. Dickinson | E. Cay
M. Piatek | A. Cook | O. Smith | J. L. Ugarte| D. Taylor | M. Lland

USA
S. Chang | H. Dewbery | S. Negus | H. Gray | M. Mullins
H. P. Moon | C. St. Onge | R. Anderson | T. Becker

RUSSIA
T. Moshkova | C. Preobrazhenskaya

ARGENTINA
L. Focarazzo

BELGIUM
P. Bogaert & J. Peeters

AUSTRALIA
M. Goldberg | I. Gibbins

SPAIN
Is. Martin | C. Moreno

SWITZERLAND
A. Prundaru

O καιρός της Τέχνης πέρασε πια. Το θέμα τώρα είναι να πραγματώσουμε
την Τέχνη, να κατασκευάσουμε αποτελεσματικά και σε όλα τα επίπεδα της ζωής ό,τι παλιότερα υποχρεωτικά
παρέμενε μια καλλιτεχνική αυταπάτη ή μια ανάμνηση που ο άνθρωπος ονειρευόταν ή συντηρούσε μονόπλευρα.
Δεν μπορούμε να πραγματώσουμε την Τέχνη παρά καταργώντας την. Ωστόσο, θα πρέπει να αντιταχτούμε
στην σημερινή κατάσταση της κοινωνίας, που καταργεί την Τέχνη αντικαθιστώντας την με την αυτόματη κίνηση
ενός θεάματος ακόμα πιο ιεραρχικού και παθητικού.Μπορούμε να καταργήσουμε την Τέχνη μόνο αν την πραγματώσουμε

organised by +the Institue [for Experimental Arts]
supported by Void Network

ΠΛΗΡΟΦΟΡΙΕΣ
http://theinstitute.info/?p=1488
FB EVENT
https://www.facebook.com/events/216056028835833/?active_tab=discussion

Sep 10, 2016
admin

Illumination (2016)

illumination1-wp

Illumination: Valerie LeBlanc and Daniel H. Dugas
for the Poetic License Week, September 3-11, 2016

For this collaborative work, we have juxtaposed texts to appear as graffiti on the hull of a boat. The left and right hands both speak to the challenges of forging a path through life. The audio, wind from the sea, speaks for everyone.

Illumination from Basic Bruegel on Vimeo.

Aug 13, 2016
admin

Impossible Colors (2016)

YELLOW-with-text

Impossible Colors

Reddish-Green and Yellowish-Blue are known as impossible colors or forbidden colors. Set side by side, it is said that the human eye could not see them, that their light frequencies would cancel each other, rendering them invisible. Researchers say that they can be seen if one looks ‘the right way’.

The boundaries between colors are akin to those between logic and dreams, they too can produce an impossible meaning if we mix them.

2016 Impossible Colors, HD video, 11 min 26 sec
(also designed as a 4 channels video installation)
Red, HD video, 2 min 41 sec
Green, HD video, 3 min 41 sec
Bleu, HD video, 2 min 43 sec
Yellow, HD video, 2 min 32 sec

 

5-impossible-colors-installation-image-wp

Installation view

 

BLUE-with-text

GREEN-no-text

RED-with-text

Jul 21, 2016
admin

Leaving São Paulo (2016)

LeavingSaoPaulo-img-blog

Valerie LeBlanc and I just finished Leaving São Paulo, a six-part video project. We also made a fotonovela with the photo stills as well as a playlist with the music. We have set up a website where you can see one of the videos (on Vimeo), hear all of the music (on Soundcloud) and read/look at the fotonovela (on ISSUU). Leaving São Paulo has been designed for both single-channel presentation and a six-channel installation.

 

https://leavingsaopauloblog.wordpress.com

Jun 15, 2016
admin

FILE SÃO PAULO 2016 – venha passar do limite

file-2016

Je suis très content de faire partie de ce festival!

VIDEOARTE
O FILE Videoarte apresenta este ano um recorte da recente produção poética que articula o vídeo e as tecnologias atuais, extrapolando os limites entre eles e evidenciando como os dispositivos técnicos modificam nossa forma de perceber as coisas ao nosso redor. Com quarenta e quatro obras de mais de vinte países, buscamos investigar como se dão as imbricações entre nós e as imagens (com seus dispositivos), e entre nós e os espaços (físicos, digitais, internos e externos).
Curadoria: Fernanda Albuquerque de Almeida

VIDEO ART
FILE Video Art presents this year a cutout of the recent poetic production that combines video and current technologies, breaking the barriers between them and showing how the technical devices change the way we perceive things around us. With forty-four works from over than twenty countries, we seek to investigate how the imbrications between us and the images (with its devices) and between us and the spaces (physical, digital, internal and external) happen.
Curatorship: Fernanda Albuquerque de Almeida

1 Alfredo Ardia & Sandro L’Abbate – Studio N.1 – Itália
2 Anna Vasof – Down to Earth – Áustria
3 Atelier Monté – The Art of Deception – Holanda
4 Baku Hashimoto & Katsuki Nogami – EYE – Japão
5 Beatriz Minguez de Molina – Finishing Your Dreams – Espanha
6 Cole Lu – But, You Know, It’s Often All I Want – Estados Unidos
7 “Con.Tatto: Francesca Leoni & Davide Mastrangelo” – Androgynous – Itália
8 Constanza Meléndez – Untitled (1990) – Alemanha
9 Cristina Pavesi – Giallo – Itália
10 Daniel Alexander Smith – Sea Change – Estados Unidos
11 Daniel H. Dugas – Apples and Oranges – Canadá
12 Daniel Wechsler – Dust – Israel
13 Das Vegas (Vygandas Simbelis) – STRATA – Suécia
14 David Clark – The Cinema of Sweat – Canadá
15 Diran Lyons – Keep The Clubs Swingin’ (#Obeezy | Dr. Dre Remix) – Estados Unidos
16 Dustin Morrow – Treetops – Estados Unidos
17 Edu Rabin & Renata de Lélis – Onda – Brasil
18 Fabio Scacchioli & Vincenzo Core – Bang Utot – Itália
19 Fabio Scacchioli & Vincenzo Core – Scherzo – Itália
20 Francesca Fini – Dadaloop – Itália
21 Hakan Lidbo – Tightrope – Suécia
22 Hakeem b – Jane’s Electronic Poem – França
23 Jaret Vadera – On Kings and Elephants – Estados Unidos
24 Jeroen Cluckers – Tears in Rain – Bélgica
25 Laura Focarazzo – The Uninvited – Argentina
26 Liliana Farber – The Blue Marble – Israel
27 Liu Chang & Miao Jing – INFINITE – China/Estados Unidos
28 Marcell Andristyák – Roadlovers – Hungria
29 Michael Pelletier – Coordinated Movement – Holanda
30 Paganmuzak – N3 – Itália
31 Paulina Rutman – Fall – Chile
32 Peter Whittenberger – What’s the Worst That Can Happen? – Estados Unidos
33 Peter William Holden – The Invisible – Alemanha
34 “pixels+fibre: Myrto Angelouli & Fiona Gavino” – (My) Space I – Austrália
35 Przemek Wegrzyn – Lullaby – Polônia
36 Przemek Wegrzyn – Home Movie – Polônia
37 Przemek Węgrzyn – Security Measures – Polônia
38 Shaun Wilson – Uber Memoria XIX – Part VII – Austrália
39 Silvia De Gennaro – Travel Notebooks: Venice, Italy – Itália
40 Silvia De Gennaro – Travel Notebooks: Barcelona, Spain – Itália
41 Stuart Pound – Song Lines – Inglaterra
42 Stuart Pound – Coming & Going – Inglaterra
43 Stuart Pound – Six Portraits of Clara Schumann – Inglaterra
44 Vera Sebert – Panorama Panic Botany – Áustria

http://file.org.br/highlight/file-sao-paulo-2016-come-cross-the-limit/

 

Apples and Oranges (Maçãs e Laranjas)
http://file.org.br/videoarte_2016/daniel-h-dugas/?lang=pt
“Apples and Oranges” (Maçãs e Laranjas) examina a questão das barreiras. É um vídeo sobre liberdade e cativeiro, sobre a vida ao ar livre e o confinamento, sobre uma prisão que existe ao lado de um Parque Nacional.

May 18, 2016
admin

Utopia/Dystopia – Bath (2016)

Good news from Bristol!
FLOW: BIG WATERS in collaboration with Valerie LeBlanc as well as Apples and Oranges have been included in the ‘Utopia/Dystopia’ screening 2nd June 7.00pm at the Bath Royal Literary and Scientific Institution.

In association with Bath Fringe Festival
tickets: £5.00 / £3.00 cons available at: BRLSI on the door
16-18 Queen Square, Bath, Avon BA1 2HN : 01225 312084

ISSUU Publication

Facebook event

http://dandatadugas.tumblr.com/post/144549563510

Feb 25, 2016
admin

Apples and Oranges (2016)

I am very happy that my video: Apples and Oranges has been accepted in the FILE 2016 – Video Art! The exhibition will be held from July to August in Sao Paulo, Brazil.

Apples and Oranges examines the question of boundaries. It is a video about freedom and captivity, about wilderness and confinement, about a prison existing next to a National Park.

4-apples-and-oranges-installation-stills-wp
Apples and Oranges is also designed to be presented as a three channel projection/installation.

Jan 27, 2016
admin

Une décennie de mouvance poétique (2016)

Astheure publiait au mois de novembre dernier une critique de « L’Acadie n’est pas une carte postale ». Ce spectacle hommage à Gérald Leblanc était présenté dans le cadre du Festival international de littérature à Montréal le 28 septembre 2015. Bien content de lire les commentaires de Geneviève D’Ortun sur ma prestation.

spectacle-lion-dor

Crédit photo : Pierre Crépô.

Des voix de l’Acadie actuelle à l’Acadie n’est pas une carte postale : une décennie de mouvance poétique marquée par l’héritage de Gérald Leblanc – Geneviève D’Ortun

27 novembre 2015 · par Astheure · dans Critique artistique.
L’Acadie n’est pas une carte postale, Éric Cormier [direction artistique et littéraire], Montréal, Festival international de littérature, 28 septembre 2015. Soirée de poésie.

Le décor du Lion d’Or est rouge ce soir, comme la majestueuse éclipse lunaire que l’univers nous a servie hier. Nous sommes dans cette salle à l’ambiance très chaleureuse, voire utérine, pour goûter la poésie présentée au Festival international de littérature (FIL), mais aussi pour marquer un triste anniversaire: celui du départ, il y a dix ans, du poète acadien Gérald Leblanc, instigateur d’un mouvement artistique urbain résolument ancré dans l’authenticité et toujours d’actualité. La salle est rouge, mais l’atmosphère est teintée de bleu. De bleu mouvant…

Soulignons qu’en mai 2004 ce même lieu s’animait pour accueillir Les voix de l’Acadie actuelle, une soirée orchestrée par Gérald Leblanc réunissant Frédric Gary Comeau, Bernard Falaise, les Païens, Marc Chops Arsenault, Éric Cormier, France Daigle, Judith Hamel, Christian Roy, Serge Patrice Thibodeau et Marie-Jo Thério. Plusieurs de ces artistes foulent à nouveau les planches du Lion d’Or ce soir pour scander que « l’Acadie n’est pas une carte postale ».

Gérald, je te connais à travers tes très fidèles amis, des artistes pour qui ton énergie vibre encore au quotidien, des gens dont tu teintes toujours les souvenirs d’un éclat de rire. Je te connais à travers ta plume puisque je n’ai pas eu la chance de te croiser ici-bas avant le 30 mai 2005, jour de ton départ. Ce soir, j’ai soif de ta poésie, j’ai hâte de te découvrir à travers le regard de tes anciens complices.

Après une introduction flamboyante du poète Jean-Paul Daoust, maître de cérémonie pour la soirée, Éric Cormier, le concepteur de l’hommage, donne le coup d’envoi. Se succèdent ensuite une projection du court-métrage Mouvance de Chris LeBlanc et des performances de Gabriel Robichaud, Georgette LeBlanc, Fredric Gary Comeau, Joseph Edgar, Daniel Dugas, Serge-Patrice Thibodeau et Marie-Jo Thério, le tout accompagné en musique par les délicieuses ambiances de Marc Chops Arsenault (basse), Bernard Falaise (guitare) et Philippe Melanson (percussions) et tissé de lectures d’œuvres de Leblanc choisies par Jean-Paul Daoust.

La réunion éclectique d’artistes de L’Acadie n’est pas une carte postale donne lieu à quelques moments de partage particulièrement réussis, denrées trop rares (et donc savoureuses) lors des conventionnelles soirées de poésie. Quel plaisir que de redécouvrir le court-métrage Mouvance qui nous fait sillonner Moncton en suivant la voix de Leblanc accompagnée des Païens[1], de rigoler devant la spontanéité désarmante de Georgette LeBlanc, d’être bercé par la voix envoûtante de Fredric Gary Comeau qui mord dans ses mots jusqu’à en briser le sens pour créer un nouveau rythme… Au chapitre des lectures percussives, le public est bien servi ce soir: les chansons enlevantes offertes par un Joseph Edgar à l’énergie communicatrice viennent agréablement ponctuer l’événement. La contribution originale de Daniel Dugas dans cet amalgame poétique vient quant à elle des montages audio-vidéo très réussis qui accompagnent ses lectures: les associations d’images proposées frappent l’imaginaire du public et fournissent à ses textes une nouvelle profondeur. Et, bien entendu, la vocaliste et improvisatrice hors pair Marie-Jo Thério rayonne sur scène, illuminant le Lion d’Or par la poésie incarnée que sont les mots de Leblanc dans sa bouche : une grandiose finale pour une soirée qui pourrait autrement, de par son format conventionnel, sombrer dans la répétition et l’uniformité.

Là où l’événement perd de son panache, c’est dans sa structure répétitive, donc prévisible, et dans ses longueurs… Déception ici face à l’uniformité des nuances dans la lecture de Gabriel Robichaud qui offre au public une performance plutôt égale sur un ton révolté et à un fort volume d’un texte coécrit avec Jean-Philippe Raîche. Complètement aux antipodes côté intensité, Serge Patrice Thibodeau livre, plus tard dans la soirée, une performance s’étirant en longueur, heureusement colorée par des interventions musicales inventives de Bernard Falaise à la guitare.

Une question subsiste à la suite de cette soirée-hommage à Gérald Leblanc: comment pourrions-nous revisiter le format traditionnel des soirées de lecture avec musique de manière à créer un spectacle engageant et mémorable ? Une partie du problème se trouve peut-être dans la courte préparation habituellement dévolue à la mise en place d’un tel événement. Bien entendu, la rencontre spontanée entre plusieurs artisans des mots et des sons peut donner lieu à des moments d’abandon et de communion d’une force brute ou encore permettre l’expression d’une fragilité ou d’une vulnérabilité troublantes: lorsque des artistes improvisent sans filet, ils embrassent le risque, ils foncent, ils se font confiance, ils se livrent et s’accueillent. Or, dans ce cas-ci nous ne sommes pas dans l’improvisation pure: le matériau de base de chaque segment est déterminé par le choix du poème et de son interprétation par l’auteur. Des périodes de répétition et d’exploration plus longues entre les invités et les musiciens permettraient peut-être de dégager plus clairement les ambiances et les sonorités particulières des textes…

Malgré l’impact de l’œuvre de Leblanc en poésie francophone nord-américaine (en entrevue, Jean-Paul Daoust le compare à Miron), le Lion d’Or n’est pas plein ce soir. Face à la diminution de la fréquentation de spectacles en salle, les artisans de la scène se voient contraints de redoubler d’efforts pour attirer le public, et la soirée de poésie n’échappe pas à ce phénomène. Peut-être que l’intérêt de ce type d’événement passe obligatoirement par une réflexion et une refonte de son format de la part de ses principaux créateurs (poètes, musiciens et concepteurs), car il ne suffit plus de simplement enchaîner des rencontres pour orchestrer un spectacle au contenu substantiel. Gérald aurait dit : « Surprenez-moi »…

Finalement, le pari de L’Acadie n’est pas une carte postale est presque gagné: des thèmes chers à Leblanc (le voyage, la quête d’identité, le positionnement social) ont été soulignés par les auteurs invités afin de créer un hommage en tissant des ponts entre son œuvre et la poésie actuelle. Par contre, la partie « hommage » de la soirée, bien que très tangible dans l’animation de Jean-Paul Daoust, n’est distillée que par quelques rares commentaires de Fredric Gary Comeau et de Joseph Edgar. Elle ne prend tout son sens que durant la prestation de Marie-Jo Thério, qui partage avec le public quelques souvenirs personnels et émouvants qu’elle garde de l’homme. Cette disparité entre le contenu émotionnel de l’animation et les prestations d’auteurs crée un hiatus avec lequel le public doit composer pour se construire une image du poète. La soirée comporte par ailleurs des extraits d’ouvrages attendus de Georgette LeBlanc et Fredric Gary Comeau.

Gérald : ton legs artistique et personnel est si riche que nous nous réunirons encore souvent pour le souligner. À la prochaine, donc. See you next time.

[1] La trame sonore du court-métrage vient d’une captation live du spectacle Les Étoiles filantes présenté au Lion d’Or en 2004.

WEB

Sep 24, 2015
admin

Notes de terrain – São Paulo (2015)

final-collage-copy

J’ai eu l’occasion de me rendre à São Paulo en compagnie de Valerie LeBlanc où nous présentions au festival FILE 2015 une vidéo issue de notre projet FLOW : BIG WATERS. Ce voyage a été une occasion de rencontres et de réflexion. Voici deux événements, deux moments qui m’ont marqué.

L’heure de Brasilia : nous ne sommes pas seuls
L’heure de l’Atlantique donne souvent l’impression d’être isolé du monde. Sur la carte des fuseaux horaires de l’Amérique du Nord, les provinces maritimes semblent être à l’écart, et ce même si plusieurs îles des Caraïbes font partie de cette zone. Cette isolation n’est pas néfaste en soi, elle a contribué à définir le caractère unique des habitants de la région. Comme on le dit : There are good times, there are bad times and there are the Maritimes.

Lorsque je suis arrivé à São Paulo, je me suis vite rendu compte qu’il n’y avait pas de décalage horaire. Au Brésil, l’heure de l’Atlantique porte un autre nom, c’est l’heure de Brasilia. Tout à coup, je sentais l’énergie humaine de toute la ville battre à l’unisson avec les Maritimes. Nous n’étions plus seuls. Nous nous levions à la même heure, nous mangions en même temps, l’heure de pointe était la même dans les deux zones. Nous et la métropole de l’Amérique latine.

Il faudrait toutefois préciser que notre cohabitation n’est pas une condition permanente : nous vivons dans la même zone du mois de mars au mois d’octobre. Lorsque l’heure de l’Atlantique bascule de l’heure d’été à l’heure d’hiver et que l’heure de Brasilia fait la même chose, mais inversement, notre synchronisme euphorique, cesse. Mais rien n’est perdu, comme l’état de l’Amazonas n’observe pas l’heure d’été nous pouvons continuer de rêver en nous rattachant cette fois à Manaus et au temps immuable de l’heure de l’Amazone.

Réalité virtuelle vs réalité actuelle : nous sommes seuls
São Paulo est une grande ville. Une ville Big Bang qui s’étend de tout côté. Le soleil plombe sur l’avenue Paulista, l’air est rempli d’odeur subtile. La musique émane d’un peu partout. Une motocyclette passe, un homme appuyé contre une balustrade écoute une partie de football sur son petit transistor. Il sourit. Les ondes radio nous enveloppent.

São Paulo, la ville sans publicité, est recouverte de graffitis, d’alphabets inconnus, de jets d’encre explosifs. Il n’y a pas de Ralph Lauren, pas d’images de BMW, seulement une succession de tags mystérieux. Une tête verte aux yeux argentés nous regarde.

Les musées et les galeries d’art semblent être bondés en permanence. Les files d’attente s’étirent comme des rubans d’ADN. L’exposition FILE 2015 ne fait pas exception. Le public est au rendez-vous. L’œuvre qu’on retrouve sur la couverture du catalogue porte le nom de SWING, une installation immersive où les spectateurs sont invités à utiliser une balançoire pour découvrir un monde nouveau. L’opératrice, une bénévole, invite les spectateurs à s’asseoir en s’assurant que les lunettes stéréoscopiques sont bien en place. Elle met en marche l’application chronomètre de son iPhone (chaque spectateur a droit à deux minutes) et retourne s’asseoir sur sa chaise. Comme j’attends mon tour pour aller me balancer, j’observe autant ceux qui sont sur la planche que l’opératrice. Pendant que les secondes du chrono disparaissaient, elle est occupée à échanger avec ses amis sur Facebook. Elle envoie des messages textos de façon endiablée jusqu’à ce qu’un petit son de cloche la ramène au devoir. Elle se lève et s’occupe du transfert de spectateurs.

Il y avait quelque chose d’étrange, de la voir et de nous voir vivre des choses si différentes. Nous (dans le monde 3D de l’impossible futur) et elle (dans le quotidien de ses échanges). Il était impossible de savoir si nos trajectoires allaient se croiser ou si nous allions rester seuls dans chacune de nos bulles.

*

 

 

 

 

 

 

 

CCFA_CMYK_colour_f

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Son neuvième recueil de poésie L’esprit du temps / The Spirit of the Time vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel Dugas is a poet, musician and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His ninth book of poetry: L’esprit du temps / The Spirit of the Time has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Daniel Dugas es poeta, músico y videocreador. Ha participado en exposiciones individuales y colectivas, festivals y eventos literarios en Norteamérica, Europa, México y Australia. Acaba de publicar su noveno poemario, L’esprit du temps / The spirit of time (Les Editions Prise de parole).

L’esprit du temps / The Spirit of the Time est un projet de transmutation du paysage publicitaire en paysage poétique. Ce livre est à la fois un livre de photographie, un recueil de poésie et un essai lucide mais ludique sur notre société matérialiste. Il a été produit en numérique et imprimé en quantité limitée.

Date : Décembre 2015
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782894239629

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest