Apr 19, 2018
admin

Common Interest (2018)

medals

Commonwealth Games: medal table for Gold Coast 2018: https://www.theguardian.com/sport/ng-interactive/2018/apr/05/commonwealth-games-medal-table-for-gold-coast-2018

 

Looking at the results of the recent Commonwealth Games, I don’t know if I should be amazed, shocked, or outraged by the medal count. For example, Australia, a country of almost 25 million people, got three times more medals than India, a country of 1 billion, 300 million people. In other words, India, a country with a population 52 times bigger than Australia finished the Games with 132 fewer medals than Australia. One might conclude that the athletes from Australia are either born with superpowers, an impossible and racist conjecture or else there is a political will and economic policies to sustain and elevate levels of athletic prowess Down Under. The gap between winners and non-winners begins to look like a canyon with the seven nations of Australia, England, Canada, New Zealand, Wales Scotland, North Ireland and the Isle of Man winning a total of 565 medals. The other sixty-four participant nations took away 234 medals, that count includes the total medals won by the sum of participating African nations.

If the Commonwealth is the traditional English descriptor for a political community founded for the common good, I wonder what is the common wealth at play here. It is certainly not embodied in the haul of medals that are awarded to the best of the best. What we are seeing in competitions like the Commonwealth Games, even more so than in the Olympic Games, is a visualization of international inequalities.

When we talk about fair games, the usual common topic is anti-doping criteria. There are clean and not-so-clean participants, but chemical enhancements are not the only kinds of boosts that can propel your average sprinter. Wealth is a marker that could be used to identify the possible ability, success, and/or failure of a participant or nation. Perhaps the Gini index which looks at wealth distribution of a nation’s residents to measure inequalities could be tailored to test athletes, not for prohibited chemical enhancements, but to quantify economic advantage.

See also:
DEMOS / The Racial Wealth Gap: Why Policy Matters
http://www.demos.org/publication/racial-wealth-gap-why-policy-matters
Handicap (golf)
https://en.wikipedia.org/wiki/Handicap_(golf)

Apr 14, 2018
admin

Vision poétique d’un endroit atypique (2018)

in-the-swamp-b-wp

Le Regroupement des Éditeurs Franco-Canadiens (REFC)
par Alice Côté Dupuis
4 avril 2018

Vision poétique d’un endroit atypique

Partenaires dans la vie comme dans la création, les poètes Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc se spécialisent dans la vidéo-poésie depuis le milieu des années 1980. C’est en utilisant les images et le texte pour dire et évoquer que le couple nous propose un voyage poétique dans le Parc national des Everglades, aux États-Unis, dans Everglades, un ouvrage qui n’a toutefois rien du guide touristique, paru aux Éditions Prise de parole.

Les Everglades, en Floride : l’un des plus grands parcs nationaux des États-Unis, avec ses 1,5 million d’acres; une véritable rivière d’herbes à l’écosystème fragile, une zone humide importante où un système de rivières coule vers le sud-ouest de l’État. Il y avait certainement là de quoi inspirer au tandem Dugas-LeBlanc de nombreux textes et aussi, beaucoup d’images. C’est en juillet 2014 que les deux s’y rendent la première fois, après avoir été acceptés comme artistes en résidence; mois durant lequel ils multiplieront les explorations, tantôt avec une botaniste, tantôt avec un hydrologiste, toujours en étant impressionnés par la grandeur et la beauté de la nature.

Après avoir exploré l’ensemble du Parc, ce qui nous avait interpellé, c’était vraiment la présence humaine dans le paysage, que ce soient les interventions qui ont été faites au niveau de la canalisation, comme à Chekika, ou encore dans le milieu du Parc, où on retrouve par exemple une base de missiles construite dans les années 1960 durant la crise des missiles de Cuba, raconte Daniel H. Dugas, visiblement vivement marqué par cette expérience hors de l’ordinaire. Au terme de ce mois d’exploration, le couple a réalisé douze vidéo-poèmes ainsi que douze marches sonores qui sont disponibles pour écoute en ligne, sur le web, et après, on s’est dit que le but, ce serait de faire un livre avec tout ça, parce qu’on mélange images et textes, et le livre permet de véhiculer l’ensemble du projet d’une belle façon.

Leur inspiration est donc surtout venue de la présence humaine, mais aussi de la métaphore du marais, qui a toujours eu une connotation négative (en anglais, quand on est super occupés, on dit qu’on est swomped ou en français, tu as tellement de travail que tu es submergé) mais qui, raconte le poète, est au fond l’une des plus grandes éponges naturelles qui filtre l’eau. C’est vraiment important et incroyable en même temps, alors on a voulu jouer là-dessus, sur la métaphore du marais, du marécage, mais on a aussi voulu souligner l’influence de l’être humain sur la nature. Mais je crois que malgré tout, il y a aussi l’aspect de la vivacité et de la résilience de la nature qui ressort dans le livre, ajoute celui qui a été marqué par l’immensité du lieu, qu’il qualifie de grande force de la nature sur la planète.

Dans le livre, l’accent est sur les images et les textes qu’on a fait, mais surtout sur les liaisons entre les deux. C’est poétique, nous rappelle Valérie LeBlanc, qui elle, a été frappée par la grande paix et la tranquillité qu’elle a retrouvées dans cet environnement particulier, où beaucoup d’animaux – dont plusieurs dangereux, comme des pythons – rôdent aussi. Les artistes, comme les poètes qui utilisent des mots qui sont dans le dictionnaire, utilisent du visuel qui existe dans la nature et les transforment pour dire des choses, comme les poètes transforment des mots pour aussi dire des choses, illustre Daniel H. Dugas pour expliquer leur travail de surimpression et de transformation des images dans leurs vidéo-poèmes.

Pour le tandem, l’image, tout comme le mot, suggère et évoque : les métaphores et autres procédés existent aussi dans l’art visuel. Nous sommes tous les deux impliqués dans le texte et l’image, depuis plusieurs années; c’est notre spécialité. Les mots amènent des images aussi, avance Valérie LeBlanc, tandis que son partenaire insiste sur l’interrelation entre le texte et l’image dans leur œuvre : entre le texte et l’image, il y a toujours un va-et-vient de l’œil, et aussi de l’imaginaire. Les deux se complètent, s’entrecroisent, se propagent; il y a quelque chose qui se passe au niveau de l’interaction entre les deux. Daniel H. Dugas trouve d’ailleurs que c’est là que réside l’intérêt pour le lecteur : le fait de devoir, en quelque sorte, remplir les cases blanches entre le texte et l’image et imaginer les morceaux qui manquent.

Cité en exemple, le vidéo-poème The Hole in the Donut, à propos d’une forêt d’une trentaine d’acres dans le Parc national qui a été rasée jusqu’à la roche en raison d’une espèce envahissante qui a fait des dommages au lieu, pour lequel Dugas et LeBlanc ont surimprimé des images de topiaires – des animaux sculptés dans de la verdure – qui surgissent de la roche pour prendre position sur un terrain qui semble hostile. Ça représente l’interférence humaine, le changement que les humains veulent imposer sur la nature, explique Valérie LeBlanc, avant de citer un autre exemple : le texte La mort le matin, écrit à la mémoire du premier garde forestier du Parc à protéger les oiseaux à plumes, en raison du braconnage au début du XXe siècle. En prenant des images sous-marines de la baie de la Floride et en surimprimant des images de femmes avec des chapeaux de mode à plumes, la paire envoie un message plutôt clair.

Sur La dernière panthère, une des marches sonores de cet ouvrage bilingue français-anglais, les deux posent aussi des questions sur l’existence des humains en parallèle avec celle des animaux sauvages, et comment on négocie la présence de chacun. Finalement, si Everglades n’est pas un guide touristique, il est certain qu’il permet néanmoins de découvrir d’un point de vue très singulier cet endroit atypique, et de faire réfléchir le lecteur à l’importance de la diversité humaine et naturelle. Mais ce que Valérie LeBlanc souhaite que leur livre évoque, c’est surtout que l’environnement a beaucoup à offrir. Il faut prendre le temps de tout voir réellement; c’est important d’être vraiment là, dans le moment présent, d’observer et de s’imprégner.

L’ouvrage de poésie texte-images Everglades, de Daniel H. Dugas etValérie LeBlanc, est paru aux Éditions Prise de parole.

 

http://refc.ca/56-everglades-de-daniel-h-dugas-et-valerie-leblanc/

 

Apr 14, 2018
admin

Everglades: quand la poésie se porte à la défense de la nature (2018)

Par SYLVIE MOUSSEAUmardi 3 avril 2018
Acadie Nouvelle

death-water-b-wp

Véritable ode à la beauté et à la fragilité de l’environnement, le livre Evergladesde Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc qui allie photographie, poésie, récits narratifs et analyse nous transporte au cœur d’une nature menacée et marquée par le présence de l’être humain.

Les régions marécageuses constituent une source d’inspiration pour les artistes depuis longtemps. Dans cet essai poétique publié en français et en anglais chez Prise de parole, les auteurs de Moncton retracent en photo et en poésie leur expédition à travers le parc national des Everglades dans le sud de la Floride, tout en mettant en lumière leur approche artistique. Il figure parmi les plus grands parcs nationaux des États-Unis, avec 1,5 million d’acres. Le tandem d’artistes s’est attardé à la présence humaine et à son interaction avec l’environnement du parc.

«L’être humain est le pire des envahisseurs. C’est ce qui menace le plus la survie des espèces», a soulevé Daniel H. Dugas.

Malgré les efforts de restauration pour protéger l’écosystème du sud de la Floride, en 2010, l’UNESCO a remis les Everglades sur la liste des sites en péril. Valérie LeBlanc souligne que toute la canalisation des eaux construites dans le sud de la Floride a considérablement nui à la faune et à la flore de la région. Dans un des textes, Daniel H. Dugas et Valérie LeBlanc comparent les Everglades à un sablier, chaque grain de sable étant un animal.

«Nous le regardons se vider un battement d’aile à la fois un coup de nageoire à la fois. Quand la dernière espèce aura disparu que restera-t-il à documenter?» (extrait tiré du poème Une heure).

Le livre qui se déploie en trois volets rassemble des images traitées tirées de 12 vidéos poétiques, des poèmes, des récits, les photographies de 12 marches sonores et une section qui vient documenter le parcours des deux artistes. À la fois écrivains, poètes, artistes numériques, vidéastes et photographes, Valérie LeBlanc et Daniel H. Dugas livrent un ouvrage complet d’une belle ampleur qui documente toute la recherche qu’ils ont menée depuis quatre ans. Ces deux artistes qui forment aussi un couple dans la vie travaillent ensemble depuis de nombreuses années.

Fortement inspirés par les Everglades, ils ont commencé leur projet en 2014, lors d’une résidence d’un mois dans le parc au milieu de l’été. Dans ce climat subtropical, juillet est synonyme d’extrême chaleur, d’humidité et d’abondance de moustiques. Munis de leur caméra et vêtus d’habits antimoustiques, ils ont arpenté plusieurs régions du parc et des environs afin de créer leurs vidéos poétiques.

«Ce qui nous intéressait à chaque endroit, c’était la présence humaine que ce soit des ruines d’un ancien lieu, l’impact de l’être humain ou encore ce qu’ils font maintenant. On peut voir, entre autres, un lieu qui s’appelle Hole-in-the-Donut où il y avait une plante exotique – le Poivrier brésilien – qui a envahi le parc et les botanistes ont tout éradiqué la plante jusqu’à la pierre.»

Des ambassadeurs
Les deux artistes documentent la situation de façon poétique et visuelle. Le résultat est étonnant. Selon eux, l’art apporte un éclairage différent dans le discours environnemental et permet à la fois de montrer la fragilité et la résilience de la nature.

Le vidéopoète utilise différents procédés pour traiter l’image et ainsi créer des métaphores visuelles. Les marches sonores se basent davantage sur l’audio et les textes sont plus narratifs. Les deux artistes sont retournés à plusieurs reprises en Floride. Ils ont présenté leurs projets, leurs vidéos et ont participé à une exposition. Après les vidéos, ces deux spécialistes de l’art numérique ont eu envie de publier un livre, afin d’avoir un document permanent.

«On travaille beaucoup dans le numérique, ça dure un certain temps et après, ça passe, tandis qu’un livre on peut le garder tous les jours», a mentionné Valérie LeBlanc.

Le couple travaille à plusieurs projets géopoétiques, dont un sur la biosphère de la baie de Fundy. Daniel H. Dugas souligne qu’il y a plusieurs parallèles à faire avec les Everglades.

«Avec Fundy, on voulait faire un projet dans le lieu où nous vivons. Il y a quand même des liens intéressants avec la Floride, comme les oiseaux migrateurs, les courants marins, la fin des ouragans.»

Ce projet de vidéos poétiques devrait être complété d’ici la fin de l’année 2018 ou au début 2019.

«Avec ça, nous avons découvert beaucoup d’endroits que nous ne connaissions pas avant. Ce sont des endroits spectaculaires et on veut les montrer dans les vidéos», a ajouté Valérie LeBlanc.

Tiré en quantité limitée, le livre Everglades qui est disponible en librairie sera lancé le 26 avril, de 17h à 19h, à l’Hôtel Delta Beauséjour dans la cadre du Festival Frye à Moncton. Il y aura aussi un lancement à Miami en novembre prochain. À la suite du lancement à Moncton, tous les vidéos seront disponibles en ligne pour le public.

https://www.acadienouvelle.com/arts-et-spectacles/2018/04/03/everglades-quand-la-poesie-se-porte-a-la-defense-de-la-nature/

Apr 14, 2018
admin

Invitation • Lancement (2018)

Les Éditions Prise de parole vous invitent à célébrer, avec Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc, la parution de leur recueil Everglades.

Date et lieu: le jeudi 26 avril 2018, à 17 h hôtel Delta, à côté du bistro Triio
Entrée gratuite
VL-DD-27mars-2018-avec-livre-2-sm-wp-600px

Renseignements
Stéphane Cormier • 705.675.6491p.206 scormier@prisedeparole.ca

Mar 26, 2018
admin

VerseFest – 23 mars (2018)

Merci à l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français, à VerseFest, à Yves Turbides, Avonlea Fotheringham, Nina Jane, David O’Meara et Monty Reid de m’avoir invité et de m’avoir si gentiment reçu. Ç’a été une belle expérience !

verse-fest-photo-by-nina-jane-march-23-2018-WP verse-fest-slam-wp books-versefest-wp knox-WP

Mar 10, 2018
admin

Everglades (2018)

cover-everglades-wp

C’est avec un très grand plaisir que nous vous annonçons le lancement de notre livre Everglades.
Valerie LeBlanc et Daniel H. Dugas

Everglades est un essai poétique sur l’impact de l’Anthropocène, époque durant laquelle l’activité humaine perturbe l’environnement. Dans leur exploration des marécages protégés, les auteurs recueillent les bruits ambiants et documentent la moindre découverte afin de produire des poèmes et des textes inspirés des lieux. Se construit une cartographie qui donne à voir la complexité du territoire.

Tiré d’un projet multimédia qui comprend des vidéopoèmes et des marches sonores, ce livre invite à une prise de conscience du passage de l’être humain dans la biosphère et de ses conséquences, des traces qu’il y dépose; il propose une réflexion sensible et troublante sur la communion avec l’environnement et les forces de la nature.

Date : Mars 2018
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782897441029

Mar 9, 2018
admin

Everglades – lancement (2018)

lancement-sol-et-sous-sol

Les Éditions Prise de parole vous invitent à célébrer la parution de Problème trente, de Thierry Dimanche, et d’Everglades, de Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc.

Le lancement suivra le spectacle Sols et sous-sols, qui réunira musique contemporaine, poésie et arts visuels. En deux parties, le spectacle donnera à voir et à entendre des prestations des auteurs, du concepteur visuel Patrick Harrop, du compositeur Robert Lemay et du quatuor de saxophones Proteus. Plus de détails ici.
(Une présentation des Concerts de musique contemporaine 5-Penny.)
Le samedi 17 mars, au Théâtre du Nouvel-Ontario.
19 h 30 – Sols et sous-sols

21 h – Lancement
Les billets du spectacle (23$ pour les adultes et 17$ pour les étudiants) sont en vente à la billetterie du TNO.

Entrée libre au lancement.

Mar 9, 2018
admin

Verse Fest

Very happy to be part of Verse Fest 2018! I will be reading at the Knox Presbyterian Church (120 Lisgar Street) at the Plan 99 Reading Series event on Friday, March 23 at 7 pm.

poster-VF2018-wp

VERSeFest is Ottawa’s annual International Festival of Poetry. Built on a mandate of fostering creative crossroads and community, we feature English and French poetry of all traditions, styles, and forms. Since 2011, we have showcased the best local, Canadian, and international poets performing in both spoken and written word genres. As one of Canada’s largest and most successful poetry festivals, our stages have featured readings by Griffin, Governor General, and Pulitzer Prize winners.

 

VERSeFest est le festival international de poésie qui se déroule annuellement à Ottawa. Notre
mandat consiste à encourager le rassemblement communautaire par le biais de carrefours de
créativité. C’est dans ce but que nous présentons en anglais et en français de la poésie
représentative de toutes les traditions, formes et styles. Depuis 2011, nous avons mis en valeur
les meilleurs poètes locaux, canadiens et internationaux dans les divers styles de poésie parlée et
écrite. Forts de notre succès comme l’un des festivals de poésie les plus importants du Canada,
notre scène a accueilli de nombreux gagnants du Prix Griffin, du Prix du Gouverneur général et
du Prix Pulitzer.

 

AHMED ALI • ALBERT BELZILE • ALEX MANLEY • ALICE NOTLEY • ALLISON LASORDA • APOLLO THE CHILD • BASSAM BERTA GARCÍA FAET • BILLIE THE KID • BRANDON WINT • CAROLYN MARIE SOUAID • CAUSEMO • CHRIS TSE • CHRISTINE MCNAIR CLAIRE KELLY•COLETTE BRYCE•DANIEL H. DUGAS•DAVID CHARETTE•DAVID GROULX•DIBRANDT•DIDI JACKSON•ERIN MOURÉ FRÉDÉRIC LANOUETTE • GARY BARWIN • GEORGETTE LEBLANC • GONZALO HERMO • HANS JONGMAN • HENRY BEISSEL HOA NGUYEN • HOLLY PAINTER • JAMAAL ROGERS JACKSON • JAN ZWICKY • JASMINE DREAME WAGNER • JEAN ROGER LÉVEILLÉ JEAN VAN LOON • JEFF LATOSIK • JENNIFER BAKER • JONATHAN LAMY • KAMA LA MACKEREL • KATE CAYLEY KLARA DU PLESSIS • LADY VANESSA • LOUISE BERNICE HALFE • LOUISE DUPRÉ • LUCE PELLETIER • LYNN CROSBIE MADELEINE STRATFORD • MAJOR JACKSON • MIA MORGAN • MILES HODGES • NATALIE WEE • NATASHA KANAPÉ FONTAINE NYLA MATUK • PETER SIRR • PLAYTO • RACHEL MCCRUM • ROBYN SCHIFF • SARAH KABAMBA • SIR REALIST • SJÓN SNEHA MADHAVAN-REESE • STEVE MCCAFFERY • TINA CHARLEBOIS • VALERIE CHARNISH • VICTORIA GRAVESANDE • ZEE

Mar 2, 2018
admin

aequilibris (2018)

aequilibris-1-sm
aequilibris-6-sm

Synopsis aequilibris

Des images d’anciens films familiaux défilent sur l’écran des chutes du Niagara. Une ficelle, comme une mémoire collective tendue au-dessus des chutes, se défait et se refait donnant aux souvenirs évanescents une dernière chance de s’agripper à la réalité.

Home movies shot at Niagara Falls run over current footage set on the same plane. An unraveling rope stands in for the collective memory of challenging the odds.

aequilibris from Daniel H. Dugas on Vimeo.

Pages:«1234567...37»

Daniel H. Dugas

Artiste numérique, poète et musicien, Daniel H. Dugas a participé à des expositions individuelles et de groupe ainsi qu’à plusieurs festivals et événements de poésie en Amérique du Nord, en Europe, au Mexique et en Australie. Everglades, coécrit avec Valerie LeBlanc, vient de paraître aux Éditions Prise de parole.

Daniel H. Dugas is a poet, musician, and videographer. He has participated in solo and group exhibitions as well as festivals and literary events in North America, Europe, Mexico and Australia. His tenth book of poetry, co-written with Valerie LeBlanc, Everglades has just been published by Les Éditions Prise de parole.

Everglades
À partir de leur exploration du parc national des Everglades, Daniel H. Dugas et Valerie LeBlanc cartographient dans cet essai poétique les effets de la présence humaine sur le milieu naturel, les traces qu’elle y dépose. Everglades est une ode à la beauté, à la fragilité et à la résilience d’une nature aux prises avec une espèce envahissante, la nôtre.

Everglades
Through their exploration of the Everglades National Park, Daniel H. Dugas and Valerie LeBlanc document, in this poetic collection, the effects of human presence in the natural world and the traces left behind. Everglades is an ode to the beauty, the fragility and the resilience of nature faced with the invasiveness of a particular species, ours.

Date : Mars 2018
Genre : Poésie
Collection : Poésie
ISBN : 9782897441029
Français/English

Éditions Prise de parole

http://www.prisedeparole.ca/auteurs/?id=1148

Issuu

Archives

Shapes

Follow Me on Pinterest